vendredi 16 décembre 2016

PERFECT WEEK - VENDREDI 16 DECEMBRE

 Vendredi 16/12 : Espoir : La chanson parfaite que l’on écoute le vendredi soir, alors que la semaine de travail s’achève, qu’un soulagement émerge nécessairement et que les projections du week end deviennent enfin concrètes.

Eels "Novocaïne for the soul"


http://www85.zippyshare.com/v/klcNWCDu/file.html



Vendredi soir. Même plus la force d'écrire un bout de texte foireux pour raconter comment se termine une semaine foireuse. Perfect mais foireuse. En même temps, on n'est que jeudi midi, je suis en train de courir - vous suivez ou pas, va falloir faire encore un effort, moi je suis pas en état - et d'écrire en même temps ce qui va m'arriver vendredi soir. Comment voulez-vous que je ne sombre pas dans la schizophrénie, la séparation moléculaire ou l'ionisation comme un mardi introspectif récent ?

Vendredi soir. You'd better give me something so I don't die. Je me traine - j'exagère, j'adore exagérer - pour rentrer, j'ai des images de canapés qui se forment. Moelleux les canapés. Quand je pense qu'hier midi - c'est-à-dire maintenant, faite un effort - j'avais la force de courir, l'énergie d'en dépenser, la volonté d'en avoir. Before I sputter out.

Vendredi soir. File-moi un truc pour tenir le coup. N'importe quoi, une bière, un whisky, un somnifère. Oh my darling will you be here before I sputter out ? Besoin de m'anesthésier, oublier cette cave noire au fond de laquelle j'erre la semaine, eight days a week, oublier que je cours encore et encore après des ombres inatteignables, oublier mes atomes éparpillés en orbite dans le cosmos des galères, oublier que j'ai cramé à jamais une infinité de neurones à tenter sans cesse de résoudre la quadrature de cercles à cinq côtés, oublier les synapses perdues, les neurotransmetteurs hors-service, les stimuli nerveux incontrôlables, les connexions neuronales inopérantes au point d'oublier d'en mettre un à cette phrase interminable, besoin d'inhiber des pulsions, d'endormir la douleur, de flinguer le désespoir, d'avaler l'amertume, allez donne-moi un truc qui fasse passer la pilule, jusqu'à entrevoir autre chose, un rayon de soleil peut-être plus tard, demain, soulage-moi un moment, même pas long, une nuit, une heure, une soirée. Vendredi soir.

Si vous cherchez un mot de passe, essayez donc downgrade.
Looking for a password ? Try downgrade.

Merci aux visiteurs qui laissent une trace de leur passage.

Till

41 commentaires:

  1. Oh le sapajou. Il écrit à l'arrache un texte terrible! Il y insére même les derniers thèmes, discrètement... sans y toucher.
    Mention spéciale pour cette super chanson, j'adore Eels, idéal pour ma fatigue qui me plombe l'oeil gauche et oui aussi pour la schizophrénie du décalage horaire imposé par les thèmes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les semaines sont fatigantes, la perfect week est épuisante. Surtout quand tu l'écris en quasi-direct. J'avais imaginé de publier chaque article au moment de la journée indiqué par le thème mais c'était trop galère pour suivre les discussions ici et là.

      Supprimer
    2. J'y ai même glissé une allusion à mon choix de demain, c'est dire l'esprit machiavélique qui m'anime.

      Supprimer
    3. "un rayon de soleil peut-être plus tard, demain"
      J'avais cherché mais pas trouvé!
      J'étais restée bloquée à la phrase "soulage-moi un moment, même pas long, une nuit, une heure, une soirée" en dépiautant chaque mot.

      Supprimer
    4. Hé hé merci de ton assiduité.
      Je suis vraiment à la bourre sur samedi et dimanche, je vais faire un tour chez les autres voir ce qui a été proposé.

      Supprimer
  2. La première fois que j'ai entendu ce morceau, je ne connaissais pas le groupe et je me suis dite: "Tiens Sting a enfin écrit une bonne chanson!". A cause de la voix. Au moins, sur un point j'avais pas tort..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sourire pour la mention Sting. Ca me rappelle une provoc d'EWG qui avait abouti à une des toutes premières enquêtes de Baster. Je te laisse chercher ?

      Reste une formidable chanson parfaite.

      Supprimer
    2. Moi je sais ...
      Et si t'as besoin de provoc pour avancer je te garantis l'appui inconditionnel de la pire des ordures.

      Supprimer
    3. On verra ça après la crazy perfect week. Voire après le génocide des dindes.

      Supprimer
  3. Cette époque, si lointaine, où on s'appliquait quand on faisait un clip ...
    Il n'y a pas un seul jour, un seul sentiment, une seule circonstance qui ne soit atomisé/atomisable par une chanson du Real Everett. Il a sans doute tout vécu, ça doit venir de là. Que veux-tu que je te dise d'autre ...






    Sting ... T'es sûre que ça va bien Audrey ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non mais je veux rien moi, c'est bon.

      Le passage "'cause mother says i was a great mistake" est terrible, de quoi bien démarrer dans la vie. Et en même temps son second degré...

      Supprimer
    2. J'ai pas dit non plus que j'étais fière de l'erreur, hein! J'ai dit que c'était une bonne chanson. Grande si vous préférez. J'avais même écrit un truc qui disait que ça me faisait bizarre de la ranger dans ma tête parmi les classiques (mais j'ai planté internet). Ca fait bizarre de l'avoir vu éclore, parce que j'ai loupé les 60's et 70's de l'intérieur (quand on vit la musique de l'extérieur ça donne Kim Wilde...).

      Supprimer
    3. J'ai poussé le vice jusqu'à lire son bouquin autobio ''Things The Grandchildren Should Know''.
      Pas vraiment l'Almanach Vermot ...

      Supprimer
    4. Kim qui ?

      Je connais pas le bouquin de Sting. S'il fallait lire tous les bouquins de toutes les rock stars je n'aurais même plus de temps pour le journal de Mickey.

      Supprimer
    5. Sting y sait pas écrire, y risque pas de sortir un bouquin.
      En plus y génère aucun vice.

      Supprimer
  4. Merveilleuse chanson, merveilleux disque, et sentiment partagé sur ces journées ou tu finis explosé, le cerveau engourdi sur pause, superbe choix et texte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thanks. Pas besoin d'aller chercher très loin les sensations du vendredi soir, on vit tous ça.
      Cette chanson m'épate toujours avec son air de fausse légèreté.

      Supprimer
  5. Un sky aussi pour moi, j'ai vraiment adoré ce disque à sa sortie.. marrant, j'ai l'impression que c'est plus le même qui continue sous Eels..ce disque là est unique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a fait un paquet de disques uniques non ? Et ça ne les rend pas moins uniques pour autant.

      Supprimer
  6. Comme Charlu, ça reste mon préféré. ..mais c'est plus pour rester dans le canapé que pour sortir, on est d'accord. ..;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour s'échouer en usant ses dernières forces après le naufrage du vendredi soir.

      Supprimer
  7. D'ailleurs, pour l'intant, à part Chris, l'espoir du Vendredi soir vous inspire pas trop la fête, on dirait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nope, la fête c'est pour le week end, le vendredi soir c'est vidage de tête et élimination de la pollution des jours précédents. Ca permet de prendre de l'élan pour les deux jours qui suivent.

      Supprimer
  8. L'ambiance générale est quand même un poil flippante, non ?… S'en fout, plus qu'une journée à tenir avant de s'exploser l'hypothalamus à grand coup d'hydromel frelaté !!!
    Courage, fuyons !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus déprimée que flippante non ? En ce moment c'est un peu ça les vendredis soir, semaines super lourdes et pénibles. Ca rend les weekends plus précieux.

      Supprimer
  9. Dans mes bras ! Eels, la référence absolue.
    Et surtout pour un vendredi soir à passer seul à veiller tardivement. Pas un vendredi soir à finir en boite avec les copains.
    Non, un Eels c'est fait pour rester seul. En tête à tête avec son spleen, à la limite.
    (je ne relèverai pas le Sting, évidemment !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finir en boite ? C'est quoi ça ? Doit pas y avoir beaucoup de boites qui passent Eels [même si je me souviens d'une boite à Barcelone dans les 80's où la musique c'était Joy Div, Bauhaus et cie.]

      Donc oui, laissez-moi, je passe la soirée avec Everett [le vrai hein]

      Supprimer
    2. Ah c'est marrant je vais justement parler de boîte demain. ..Un peu comme à Barcelone. ..;)

      Supprimer
  10. Sans modérations...
    Extraordinaire, mais tout le monde s'accorde à le dire...
    Au moins unanimité, c'est cool ça...
    THX

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y qu'à se servir...Il commence à avoir un répertoire fourni ce jeune homme

      Supprimer
  11. Un de mes titres préférés de Eels (oui parce qu'il y en a plein!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai pas assez de doigts pour lister tout ce qu'il a fait de bon.

      Supprimer
  12. Idem, je suis conquis, j'aime ce groupe (ce mec finalement) quand il est aussi bon qu'ici.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah ah finalement...c'était juste pour faire rager El Norton !

      Supprimer
    2. A mon sens il est souvent aussi bon, ou en tout cas vraiment pas loin.

      Supprimer
  13. Ouai vraiment un standard. Ils prennet ce qu'il y a de mieux dans el rock et dans le pop et osent une orchestration ambitieuse. Moi je dit oui et j'en reprend une ration !
    Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah allez file ton verre, je te ressers.

      Supprimer
  14. Parfois tu me fais bien peur, souviens toi du vase de sois.. non, pardon souviens toi de comment qu'il a fini Dantec, il a fini dans ses textes. Heureusement, et c'est bien le pire ici, que la chanson, elle, elle est davantage ha ha ha saine?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'inquiète pas, l'état du vendredi soir est momentané et ne dure que le temps d'un vendredi soir. Dantec ? hmmm...(accompagné d'un ton marquant le scepticisme).

      Supprimer