samedi 8 juin 2013

John Zorn - The Big Gundown [1985/2000], Spy vs Spy [1989]



Si l'initiative d'origine de cet hommage à Ennio Morricone ne vint pas de John Zorn mais de son producteur de l'époque, Yale Evelev, c'est que ledit Zorn, trop fan de l'œuvre du compositeur italien et ne voyant donc pas l'intérêt de revisiter la perfection, renâcla à s'attaquer à pareil Himalaya culturel.

De fait, on sent l'immense respect que voue Zorn à Morricone dans des reconstructions fidèles à l'esprit comme à la mélodie quoique formellement déviantes. D'ailleurs, sans doute trop occupé à donner une deuxième vie aux compositions spécialement choisies pour l'occasion, Zorn ne joue que marginalement sur l'album d'origine laissant même Tim Berne assumer le saxophone hurlant de Peur Sur La Ville. Au lieu de ça, directeur et "maquilleur" du projet, il use de la voix, d'appeaux, du piano ou de scie musicale (!) et, bien sûr !, du cerveau hyper-créatif dont Mère Nature l'a doté.

Le résultat, dans son acceptation originelle, contient dix titres dont une composition originale (Tre Nel 5000, largement inspirée de la star de l'album si pièce indéniablement la plus difficile du lot) et six de plus dans sa réédition Tzadik de 2000 célébrant le 15ème anniversaire du premier accessit "grand public" du compositeur/performer d'avant-garde. Parce qu'il faut bien l'avouer, avant c'est ce Big Gundown généralement très bien reçu au delà d'une petite sphére "à la pointe de la tendance", John Zorn n'était qu'une vague figure d'une scène certes palpitante et passionnante mais n'ayant que peu, voire pas, de retentissement en dehors d'un petit cercle d'initiés. Pas que la démarche apparaisse opportuniste, Zorn s'y applique tel le bon zélote morriconien qu'il est. Il pousse simplement dans leurs retranchements, les "avant-gardisant" ou "cartoonisant" (etc.) juste ce qu'il faut pour les ré-épicer, des compositions qui, c'est évident à l'écoute d'un Peur sur la Ville d'anthologie par exemple, ne demandaient que ça.

Respectueux mais pas timide, The Big Gundown est la totale réussite régulièrement louée depuis. Et encore un peu plus dans la réédition Tzadik avec ses exquis suppléments.  C'est aussi une bonne occasion, pour ceux qui en sauraient encore, de louer l'admirable carrière d'un "faiseur" au talent mélodique incomparable et à l'œuvre si vaste qu'elle mérite bien qu'on s'y repenche... Souvent !

Viva Morricone ! Viva Zorn !

1. The Big Gundown 7:25
2. Peur Sur La Ville 4:16
3. Poverty (Once Upon A Time In America) 3:49
4. Milano Odea 3:02
5. Erotico (The Burglars) 4:26
6. The Battle Of Algiers 3:50
7. Giu La Testa (Duck You Sucker !) 6:06
8. Metamorfosi (La Classe Operaia Va In Paradiso) 4:37
9. Tre Nel 5000 (composée par John Zorn) 4:37
10. Once Upon A Time In The West 8:33
Bonus
11. The Sicilian Clan 3:20
12. Macchie Solari 3:29
13. The Ballad Of Hank McCain 5:27
14. Suegliatti E Uccidi 3:03
15. Chi Mai 3:06
16. The Ballad Of Hank McCain (Instrumental) 5:25


Orvin Aquart – harmonica
Cyro Baptista – cuica
Joey Baron - batterie
Tim Berne – alto saxophone
Laura Biscotto – voix italienne sexy
Vicki Bodner – hautbois, cor anglais
Polly Bradfield – violon
Anthony Coleman – piano, clavecin, orgue, voix
Trevor Dunn - basse
Carol Emanuel – harpe
Reinaldo Fernandes – tambour brésilien
Anton Fier – batterie
Duduca Fonseca – caisse claire
Bill Frisell – guitare electrique
Fred Frith – guitare electrique, basse
Diamanda Galás – voix
Melvin Gibbs – basse electrique
Jody Harris – guitare electrique
Shelley Hirsch – voix
Wayne Horvitz – piano, celesta, claviers électroniques
Bob James – bandes
Guy Klucevsek – accordéon
Arto Lindsay – guitare electrique, voix
Christian Marclay – platines
Mark Miller – batterie, timbales
Big John Patton – orgue
Mike Patton - voix
Bobby Previte – batterie, percussion, timbales, voix
Robert Quine – guitare electrique
Vernon Reid – guitare electrique
Ned Rothenberg – shakuhachi, ocarina, guimbarde
Michihiro Sato – tsugaru shamisen
Luli Shioi – voix
Claudio Silva – pandeiro (tambourin)
Jorge Silva – surdo (tambour basse)
Jim Staley – trombone, trombone basse
Toots Thielemans – sifflement, harmonica
David Weinstein – mirage, ordinateur
John Zorn – saxophone alto, scie musicale, voix, clavecin, appeaux, piano




Ornette Coleman by John Zorn... Il y a comme une évidence à rapprocher le compositeur, instrumentiste et cofondateur d'une démarche libre et prospective dans le jazz avec un de ses héritiers putatifs les plus actifs.

Du coup, on attend beaucoup de ce Spy vs Spy d'autant que la quatuor de furieux new yorkais qui accompagne Zorn (avec un co-altiste en la personne de l'excellent Tim Berne et deux batteurs !) a de la gueule et que le vaste répertoir d'Ornette se prête, dans l'absolu, idéalement aux débordements free dont il est coutumier... On en attend beaucoup et, à la condition obligatoire d'aimer se faire chahuter par un jazz chaotique et souvent dissonant, on y est largement comblé.

Evidemment, en 17 titres et 41 minutes, c'est quasiment la version "grindcore" du free jazz qu'on se prend en pleine face. Ca pilonne, ça bastonne (deux batteurs !), ça hurle "saxophoniquement"(2 altistes enragés)...Ca ne plaisante jamais ! Evidemment, ce genre d'extrême jazz ne plaira pas à tous et même pas à grand monde... Ce n'est pas grave, ce n'était de tout façon pas fait pour ça. Parce que, le but, la substantifique moelle de Spy Vs Spy est de faire vivre la musique d'Ornette, de lui faire vivre autre chose même, pas si éloigné des originaux, juste violenté avec amour... Et respect ! Parce que, c'est évident !, la démarche n'est pas élégiaque ou compassée mais vibrante et triomphale, ode à un trublion ici "re-trublié".

Zorn ne fait pas souvent dans le tribute, il n'a pas le temps ! Alors forcément, quelque soit l'année de publication et donc le placement de l'œuvre dans on cheminement intellectuel et créatif, quand il hommage, on se doit de prêter l'oreille quitte à se la faire joyeusement, glorieusement saccager et de se la voir restituée dans un état... différent. En la circonstance, on ne voudrait pas autre chose même si, on ne va pas se mentir, on en sort un peu rincé !


1. WRU 2:38
2. Chronology 1:08
3. Word For Bird 1:14
4. Good Old Days 2:44
5. The Disguise 1:18
6. Enfant 2:37
7. Rejoicing 1:38
8. Blues Connotation 1:05
9. C. & D. 3:05
10. Chippie 1:08
11. Peace Warriors 1:20
12. Ecars 2:28
13. Feet Music 4:45
14. Broad Way Blues 3:42
15. Space Church 2:28
16. Zig Zag 2:54
17. Mob Job 4:24


John Zorn - alto saxophone
Tim Berne - alto saxophone
Mark Dresser - bass
Joey Baron - drums
Michael Vatcher - drums

2 commentaires:

  1. excellent, merci infiniment...

    Dans le même genre "a sort of cover band in the mold of the Ornette Coleman quartet" ça se passe là : http://www.npr.org/event/music/182462927/sexmob-live-from-92y-tribeca?autoplay=true

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Je vous prie de m’excuser. Je n’ai malheureusement pas trouvé comment vous contacter autrement que par commentaire.
    Je souhaitais vous faire découvrir le service Paperblog, http://www.paperblog.fr dont la mission consiste à identifier et valoriser les meilleurs articles issus des blogs. Vos articles sembleraient pertinents pour certaines rubriques de Paperblog.
    En espérant que le concept de Paperblog vous titille, n’hésitez pas à me contacter pour toutes questions ou renseignements...

    RépondreSupprimer