lundi 2 mars 2015

The Babies - Our House On The Hill [2012]



 Une enquête de Glen S. Baster

"Comprenez-moi bien Monsieur Baster. Je m'adresse à vous parce que vous êtes mon dernier recours. La police ne m'écoute pas, je ne sais plus à qui m'adresser." Mon soupir a dû s'entendre jusqu'à l'Ile aux Enfants. Je pensais être débarrassé pour de bon des filatures, des adultères et des fugues d'ados rebelles. J'avais une quête à mener, je voulais passer à des affaires d'envergure. Mais mon banquier s'était fait un plaisir de me rappeler l'état de mes finances. Daddy was a bank robber, j'aurais dû faire comme lui. L'état de mes finances me conseillait d'accepter ce dossier. Mais quand même, les bacs à sable, les cours d'école, les garderies... Ma petite voix intérieure me disait d'accepter. Un truc pas compliqué, une affaire rondement menée, le temps de compter One, two three, four et tu passes à autre chose. Vite fait.

Le banc en bois était gelé. L'air était gelé. J'étais gelé. Je serrai le col de mon manteau autour du cou.Take me out of the cold. Une bande de marmots piaillait à qui mieux-mieux en se poursuivant dans le sable. J'étais en planque depuis loooooooongtemps. Je regrettais mon impasse. Je regrettais mon bureau. Je regrettais ma quête. Harlem river, I'm in love, love, love, love. J'avais sorti un dossier, mes notes, des photos. Histoire de paraitre occupé. Histoire de ne pas attirer l'attention sur moi. "Je suis très inquiète pour mon petit Kevin, Monsieur Baster. Il y a des types louches qui trainent autour de l'école". Sans crier gare, dans un coin de ma tête, Rudimentary Peni s'étaient mis à jouer Alice crucifies the paedophiles. Des gamins dans un bac à sable, des types louches qui tournaient autour. Et maintenant Baster qui cherchait les types louches. Putain de fric. Puto dinero.

J'avais facilement repéré Little Kevin au milieu du troupeau. Grâce aux photos, grâce à la description de la maman inquiète. Et grâce à ses fringues ridicules. Sa mère l'avait affublé d'une chemise rouge à pois blancs. Ou à carreaux. De ma place impossible de se prononcer, les motifs se mélangeaient dans un effet psychédélique à rendre fou un caméléon sous ecstasy. Mais j'avais le petit Kevin en ligne de mire et, si je voulais toucher rapidement mon chèque, pas question de le lâcher d'une semelle de basket. On allait voir ce qu'on allait voir, j'allais sauver le marmot des vilains monsieurs, rassurer la maman et rassurer mon banquier. Baster défenseur de la veuve et de l'orphelin, ah ah, l'idée m'aurait fait rire si je n'avais pas claqué des dents à cause du froid.

L'orphelin présumé ne perdait pas de temps, il s'était déjà fait une copine. J'avais rapidement constitué un dossier sur la petite Cassie. Elle avait fréquenté l'école de filles des Vivian avant de débarquer dans le coin et de mettre le grappin sur le petit Kevin à sa maman. Une bad girl en puissance, le genre qui ne s'en laisse pas compter. Mais elle avait le bon goût de s'appeler Ramone. Cassie is a punk rocker ? Mes Bonnie and Clyde miniatures avaient deux autres copains sur lesquels je n'avais pas encore récolté de renseignements. Tous les quatre avaient l'air de former une bande à part. Ça chantait, ça prenait des poses de guitariste. Les stars de la cour de récré. Les idoles du bac à sable.

Alertez les bébés. J'avais localisé les types louches qui inquiétaient ma cliente. Les mecs trainaient sans vergogne autour des gamins. Leurs costards-cravates les trahissaient, leurs dents affutées les trahissaient, la bave autour des lèvres les trahissaient. Les requins tournaient en cercles concentriques. We are the Meninblack. J'ai vite compris ce qui faisait flipper la maman. Et elle avait raison. Elle avait raison d'avoir peur et elle avait raison de s'adresser à moi. Les flics ne voulaient pas mettre les doigts là-dedans. Les flics ne voulaient pas se faire taper sur les doigts.

Quelques photos discrètes, quelques coups de fil pour se rencarder, quelques questions posées au bon endroit. Parfois une enquête se boucle facilement. Vite fait. J'avais trouvé des noms, j'avais trouvé des fonctions. Des connexions se créaient, des liens tissaient un réseau, une toile s'étendait et déroulait un piège grossier mais redoutable. Je savais. En quelques jours j'étais en mesure de faire mon rapport à maman Kevin. Tout ça sans une goutte d'alcool. J'allais boucler cette affaire, j'allais toucher mon chèque. Passer à autre chose. Vite fait.

"Est-ce que Woodsist vous dit quelque chose Madame ? J'ai bien observé ce qui se trame autour de votre petit Kevin. Rien à voir avec des pédophiles mais vos types louches ne sont pas rassurants pour autant. Il s'agit d'un autre genre de prédateurs. Une bande de crocodiles qui aimeraient exploiter les talents de votre Sonic Youth. Je suis sûr qu'ils ont des contrats aguicheurs qui feraient fantasmer plus d'un apprenti musicien. Mais ces gamins ont la tête sur les épaules. Un des amis de votre Kevin a eu la bonne idée de créer un label indépendant. Woodsist. [Note perso : penser à consulter le catalogue des p'tits génies]. Ça les met à l'abri, pour un temps au moins, de se faire croquer par les Bogeymen de service. Rassurez-vous Madame Morby, votre fils et ses petits copains ont du talent. Je vous enverrai ma note d'honoraires."



Les chansons de classe

01. Alligator
02. Slow Walkin
03. Mess Me Around
04. Get Lost
05. Baby
06. Mean
07. On My Team
08. Moonlight Mile
09. See The Country
10. That Boy
11. Chase it to the Grave
12. Wandering


La bande de l'école

Kevin Morby – vocals, guitar
Cassie Ramone – vocals, guitar, artwork, layout
Brian Schleyer - bass
Justin Sullivan – drums


Les copains du bac à sable

Tim Presley – guitar, organ
Jenna Thornhill Dewitt - saxophone (track 6)
J.W. Reed - cello (track 12)


Si vous cherchez un mot de passe, essayez donc downgrade.
Looking for a password ? Try downgrade.

Merci aux visiteurs qui laissent une trace de leur passage.

Till

24 commentaires:

  1. Oui j'ai osé, en tout mauvaise assumée car je n'ai jamais lu Litteul Kevin. Par contre depuis quelques mois, j'écoute beaucoup ce Little Kevin là. Morby or not Morby, y a pas de question pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lire : "en toute mauvaise foi assumée". C'est plus clair.

      Supprimer
  2. ... Et donc, ce n'est pas fini? Pas possible!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hein ? Qu'est-ce qui n'est pas fini ?

      Supprimer
    2. Pour al première fois, je trouve que tu as planté un décor, l'épisode zéro d'une série... qui laisserait la palce au gamin, leurs parcours, commenté, aiguillé par Baster qui semble s'attacher. ça change des blondes vénéneuses.
      Bon, c'était juste une impression

      Supprimer
    3. Je pense que je vois à peu près ce que tu veux dire. Même si je n'ai pas l'impression d'avoir fait plus que les fois précédentes. Faut dire que, d'abord, le format blog me pousse de faire pas trop long sinon personne ne lit jusqu'au bout et ensuite, ma paresse naturelle m'oblige à faire court. J'ai d'autres histoires, plus ambitieuses en terme d'ambiance et de contenu mais qui se trainent lamentablement dans un fichier texte et peinent à sortir du clavier.

      Baster n'est pas du genre à suivre et aiguiller des petits jeunes qui se lancent. Trop cynique pour ça. Et il n'y a jamais eu de blonde vénéneuse dans ses aventures. Déjà qu'il y passe peu de femmes...

      Supprimer
  3. Evidemment, il faut du temps pour écrire des billets de cette qualité mais, pendant ce temps, on écoute quoi?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En réalité cette histoire-là ne m'a pas pris très longtemps mais ce n'est pas celle que j'envisageais pour les prochaines aventures de Baster. Malheureusement d'autres histoires me demandent plus de travail et tu sais, l'histoire du temps et tout ça...
      Entre deux histoires tu peux réécouter en boucle les albums précédents, je t'assure ça marche. En tout cas tu peux écouter en boucle le ptit Kevin Morby, ça coule tout seul.

      Supprimer
  4. Hello, Till and Glen ! Ravie de vous retrouver en forme pour l'un, en réussite décontractée pour l'autre... Contente aussi de découvrir les Babies, qui y mettent du cœur et du tonus : ça valait le coup de les sauver :-) Et ils bossent fort chez Woodsist, après les heures de fermeture du square, sans doute!
    Ca me ferait presque penser à un autre très jeune groupe, avec une fille aussi, des Parisiens. Mais ils sont au tout début des répèt...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello DamNed. Content aussi de revenir trainer mes pompes par ici. Baster m'a fait un caprice, il avait besoin de faire parler de lui. Les Babies étaient un bon prétexte.

      Quand tes jeunes parisiens seront un peu rodés, fais-nous écouter ce qu'ils font. On ne sait jamais, peut-être qu'un jour Baster devra enquêter sur eux.

      Supprimer
    2. Je n'y manquerai pas! Mais pour le moment, il y a un léger contre-temps : le chanteur va devoir se remettre d'une chute mémorable à Duroc, la tête la première. Blaster connaît ça à coup sûr, mais une fracture du nez (et plus?) sur un si jeune futur musico, ça va être délicat à harmoniser avec les cours de chant ... On attend un bulletin de santé, dans l'angoisse :-)

      Supprimer
    3. Mince, faudrait pas qu'il se mette à parler ou chanter du nez, c'est pas les voix que je préfère.

      Baster ne compte plus les chutes mais c'est pas grave, il a la tête dure et il ne chante pas. C'est mieux comme ça. Et quand il tombe en état de coma éthylique, la plaie est automatiquement désinfectée.

      Supprimer
  5. N'insiste pas, ce ne sont pas des pois, ce sont des carreaux.
    Je ne comprends pas comment les gens peuvent encore faire appel à toi Baster.
    ''Ne vous inquiétez pas madame, tout va bien madame, merci de penser à mon petit chèque...'' Escroc !
    Parlons-en des types louches qui traînent autour de l'école ... tu l'as rêvée ton enquête, c'est pas du boulot, t'as juste essayé de draguer les mamans à la sortie. Et comme d'hab t'es rentré bredouille.
    Cate t'embrasse. Pas moi.
    EWG
    PS : Till, tu expliqueras à Jimmy où il doit cliquer pour écouter la musique. Heureusement il nous reste ça, la musique. Et quelle ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "A E.W.machin. Dis-donc vieux branleur, tu crois quoi ? Que je travaille pour la gloire ? Pour des œuvres caritatives ? Tu m'as confondu avec le fils de l'abbé Pierre et de mère Thérésa. Désolé de te décevoir, moi je bosse pour le fric.

      Une enquête rêvée ? Bâclée ? C'est toi qui rêve ma parole. Les types louches, j'ai des dossiers long comme le bras sur eux. Mais les dossiers, les noms, les liens, tout ça c'est réservé au client. Celui qui me paie si tu vois ce que je veux dire...
      Au plaisir de ne pas te croiser
      Baster."

      Supprimer
    2. EWG : Je pense que Jimmy sait où cliquer, son truc c'est surtout les nombreuses semaines qui passent entre deux posts. C'est un problème de compulsif en fait. Mais si le monde est bien fait là il a de quoi écouter un moment. Le disque est pas long mais on peut le rembobiner à volonté.

      Till

      Supprimer
    3. @Till : ahhhh, j'étais pas sûr pour JJ mais si tu le dis... Hé, on est tous des compulsifs.
      J'ai profité de ce post pour faire le tour des popotes et figure-toi que tiens-toi bien :
      http://www.songkick.com/artists/7219274-kevin-morby/calendar
      Je vais sans doute tenter Bordeaux, ma fille habite à côté de Barbey je pourrai me torcher la gueule tranquille.
      Si t'es pas trop loin du Marché Gare ...
      Franchement Little K m'avait bluffé la dernière fois.
      @Baster : rien.
      EWG

      Supprimer
    4. Ah coooool ! Le Marché Gare c'est impec, j'aime bien cette petite salle (provisoire). J'avais checké il y a quelques temps mais rien trouvé pour KM. Merci pour l'info, je note tout de suite la date.

      Tiens c'est marrant mon fils est à Bordeaux aussi.

      Supprimer
    5. On comparera ...
      Et si je croise ton fils au concert je lui paierai une glute !!
      (A Paris y a une date avec Thee Oh Sees, belle brochette.)

      Supprimer
    6. Ça m'étonnerait que tu le croises au concert de KM, on n'écoute pas la même musique

      Pas eu l'occasion de voir Thee Oh Sees mais ça viendra sûrement, ils vont bien penser à repasser par ici un de ces quatre.

      Supprimer
    7. Mon fils c'était pareil jusqu'à ce que je lui présente Cessna et Munly ... Maintenant on a un truc en commun !
      Si ça se trouve ça marchera chez toi aussi ...

      Supprimer
    8. Pas sûr du tout que ça marche avec Cessna ou Munly. Les trucs en commun on les a eu il y a quelques années, du ska surtout et un ou deux groupes anglais des 00's. On a fait quelques concerts ensemble mais aujourd'hui bof. CA reviendra peut-être dans quelques années quand il aura pris un peu de bouteille.

      Supprimer
  6. C'est tellement bon de plonger dans ton histoire et tes mots que j'en oublirais presque l'envie d'écouter l'album. Sauf que je vois Kevin Morby et là je me dis que c'est obligé.. c'est une série B des squares avec une grosse bande son qui va avec.

    "Kramer contre Blaster"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais une série B qui vaut surtout par sa bande son. Morby la première fois c'était chez toi mais j'étais passé à côté par manque de temps, d'attention. Et Everett était venu en remettre une couche après l'avoir vu à Londres. Depuis il squatte mon ipod et ma platine. Ce gamin est un joyau.

      Supprimer