samedi 22 mars 2014

Grand Jeu 8 - Thème 7 - Blurt - Let There Be Blurt - The Best Of Blurt Volume 1 - The Fish Needs A Bike [2003]

 GRAND JEU DES BLOGUEURS MANGEURS DE DISQUES - HUITIÈME EDITION
"I WANT TO DRIVE YOU THROUGH THE NIGHT, DOWN THE HILLS.
Vous mettez cet album dans l'autoradio et vous conduisez toute la nuit. Pour aller où? Là n'est pas la question...
 





 Une enquête de Glen S. Baster

La vengeance est un plat qui se mange réchauffé au micro-onde.

J'avais décidé de leur donner une leçon. Je leur pardonnais leur prétention sans borne. L'idée d'arrêter Baster au début de leur jeune carrière les avait sûrement émoustillés. Croire qu'ils avaient réussi cette chose improbable relevait du fantasme adolescent amusant. Mais mes deux apprentis flicards étaient allé trop loin. Inspecteur Labavure et Pinot simple flic avaient tout bonnement coffré un pauvre type innocent et l'avaient fait interner (1).

Ok, c'était pas la première bavure policière de l'histoire. Déjà en 1980, Zenyattà Mondatta avait fait des millions de victimes. Mais là, le brave mec, tout clodo qu'il était, n'avait rien demandé à personne surtout pas à nos duettistes. J'avais donc décidé de venger Daniel Guichard et de lui rendre son vieux pardessus râpé. J'avais sorti la chevy de l'impasse, elle était prête à les emmener au terminus des prétentieux.

Pour tout fait d'armes, les jumeaux pouvaient se targuer d'avoir coincer le colonel Moutarde avec le chandelier dans la cuisine. Mais le voleur du taxi de Oui-Oui leur échappait toujours. Autant dire que les choper s'avérait  être un jeu d'enfant. De fait c'était trop facile pour être amusant. Un piège plus gros que le jean de Meat Loaf et les deux loustics passaient de leur cour de récré au siège arrière de la Chevy où ils découvraient les plaisirs du bondage.

Vous voulez faire de la route les mecs ? Vous voulez roulez toute la nuit ? Et écouter de la musique en roulant ? Vous allez être servi mes poussins. Vous connaissez le blues du boson de Higgs ? (2). Let's go !.

Can't remember anything at all
Flame trees line the streets
Can't remember anything at all
But I'm driving my car down to Geneva

Je passe la première et la chevy démarre dans un crissement de pneu de série B américaine. Dans le rétro je vois des pupilles rouler dans tous les sens. Incrédules et paniquées. Les mauvaises graines se débattent sur la banquette arrière. Leurs protestations me parviennent étouffées par les baillons et le volume de la musique. Je roule leeeeeentement. La voiture glisse silencieusement dans la nuit. C'est beau comme un film de Jarmusch.

Who cares, who cares what the future brings?
Black road long and I drove and drove
I came upon a crossroad
The night was hot and black
I see Robert Johnson,
With a ten dollar guitar strapped to his back,
Lookin' for a tune

Quelques kilomètres ont suffi pour que mes lascars se calment et se fassent une raison. Pas moyen d'échapper à leurs liens. Pas moyen d'échapper à Nick Cave (2). Pas moyen d'échapper à Baster. Ils écoutent la musique et je lis dans leur regard qu'ils ont eu peur d'un truc pire. J'aurais pu leur faire écouter Antonin Artaud. All night long !

C'est quand la voiture s'arrête et que je la gare sur le quai qu'ils  recommencent à s'inquiéter. L'eau émet de jolis clapotis évocateurs. L'un après l'autre je les sors de la chevy et je trimballe mes saucissons à pattes jusqu'au bord de l'eau. Malgré les baillons il me semble qu'ils chantent Too Young To Die. Mais ça sonne faux.

Je pousse les deux fardeaux sur le pont de la péniche, descends les quelques marches et achète trois places. Appuyés au bar les premiers clients les regardent avec curiosité avant de retourner à leur bière. Je vais commander les nôtres. Ça ne va pas tarder, Steve Eagles et David Aylward sont en train d'installer le matos. Eux-mêmes. Il faut encore que je rassure les zozos. Une péniche est une embarcation à fond plat et on n'a jamais entendu parler d'une tempête sur la Saône. Aucun risque d'être malades sauf si vous abusez de la bière.

Regardez les gars. Ce type qui traverse le public c'est Ted Milton. 70 berges, un costume trop court, un sax. Il serre les mains des spectateurs. Sa crête vacille. Son verre de whisky a l'équilibre instable. Mais quand il monte sur scène il a l'aisance d'un jeune homme. Son sax virevolte et sa crête se balance. Ted hurle et danse sur les rythmiques punkys de ses camarades. Guitare, batterie. Une basse ? Pour quoi faire ?

Blurt enchaîne les morceaux. 30 ans d'histoire dissonent, saccadent et rugissent. My Mother Was A Friend Of An Enemy Of The People. J'en oublierais presque les duettistes. Se barrer maintenant ? No wave les gars. La nuit va être longue. A son âge Milton a encore des fourmis dans les jambes. J'ai des fourmis dans les jambes. Les jumeaux ont des fourmis dans les jambes . Ils s'agitent en rythme. On leur collerait un hula-hoop autour de la taille, ils le mettraient en orbite. J'ai pitié, je les libère, ils se joignent à la foule qui se masse devant la scène. Au moins cinquante personnes.

Le whisky de Milton descend à vue d’œil. Son troisième. Cherry Blossom Polish a mis le feu aux poudres. Le feu à la péniche. Des oreilles ennemies nous écoutent. Les jumeaux dessinent un poisson sur un vélo. Jaune citron. Steve Eagles remue sa coupe au bol décolorée, comme un Charlie Watts sous emphètes. Le rappel fait chavirer la péniche pour de bon. Je chope la bouteille de Milton, j'en bois une rasade et je fais tourner. Pas pour vous les gamins, z'êtes trop jeunes. Le vieux Ted rugit de plus belle. Where's my scotch ? Le sax exhale des vapeurs d'alcool, la guitare titube.

A ce stade je peux écrire n'importe quoi, vous avez arrêté de lire. Je danse bras dessus-bras dessous avec les deux youngsters. Rien à craindre de Baster, c'est un détective à la coooool. A part picoler et écouter de la musique il ne sait rien foutre. C'est un branleur-né. Blurt m'a mis en transe. Putain, c'est aussi dingue qu'il y a 30 ans au West-Side Club. La péniche n'a pas bougé d'un pouce. On a navigué toute la nuit sur place et nous voilà tous les trois à tanguer sous la tempête de sax. Let it blurt !

(1) le mieux c'est d'aller voir les commentaires des lecteurs.
(2) EWG aurait été déçu sinon.

01 Get
02 Some Come
03 My Mother Was A Friend Of An Enemy Of The People
04 The Fish Needs A Bike
05 Cherry Blossom Polish
06 Empty Vessels
07 Ruminant Plinth
08 Enemy Ears
09 Bullets For You
10 Sharks Of Paradise
11 Down In The Argentine
12 Poppycock
13 The Flags

Line up :

Drums - Jake Milton (tracks: 1 to 10) , Paul Wigens (tracks: 11 to 13)
Guitar - Pete Creese* (tracks: 1 to 9), Steve Eagles (tracks: 10 to 13)
Vocals, Saxophone - Ted Milton
Written-By - Jake Milton (tracks: 1 to 10) , Paul Wigens (tracks: 11 to 14) , Pete Creese* (tracks: 1 to 4) , Steve Eagles (tracks: 10 to 14) , Ted Milton

Si vous cherchez un mot de passe, essayez donc downgrade.

Looking for a password ? Try downgrade
Merci aux visiteurs qui laissent une trace de leur passage.
 Till

27 commentaires:

  1. A quand le film?
    Bien que cette sombre histoire finisse sur un happy-end (avec gueules de bois le lendemain), je me rassure en me disant qu'on va retrouver Baster, n'est-ce pas??
    Blurt je ne connais pas (j'ignore mais je me soigne) (j'ai honte) (parfois), mais en même temps c'est étrange car j'ai déjà entendu causer de Ted Milton. Plusieurs fois. Je ne lâche pas l'affaire et je comble mes lacunes. A suivre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne se débarrasse pas de Blaster comme ça. Je suis sûr qu'il reviendra.

      Ted Milton est un poète anglais, avant d'être le fondateur de Blurt (en 80). Il publie des recueils et des disques de spoken words. J'avoue que je n'ai jamais lu ses lignes en dehors des lyrics de Blurt. La poésie en langue étrangère c'est pas facile, surtout telle que j'imagine celle de Milton.

      Supprimer
    2. PS : pas besoin d'avoir honte. Si je comptais le nombre d'artistes inconnus pour moi à chaque édition du Grand Jeu, je pourrais littéralement mourir de honte.
      On était réellement 50 ou 60 au concert. Et le lendemain ils remettaient ça en Autriche et après en Allemagne. A 70 ans il tourne à travers l'Europe dans des salles minuscules. C'est pas avoir la foi ça ?

      Supprimer
    3. Ouais j'en savais plus sur Milton du coup. Je vais m'intéresser à ce beau monde dès que j'en aurais l'occasion. Ça pourrait bien me plaire...

      Supprimer
  2. Je ne connais pas du tout! Joli texte en tout cas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah si tu ne connais pas ça vaut quand même le coup d'essayer, juste une fois. Après quand on me dit qu'on n'accroche pas, je comprends facilement. Le concert en vrai j'y suis aller tout seul, ça n'intéressait personne dans mon entourage.

      Supprimer
  3. Connais pas non plus...bravo pour le texte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Même réponse que pour Fracas juste au-dessus, Blurt c'est très spécial, ça se tente, on en sait jamais, ça pourrait être une révélation. Mais si ça ne l'est pas, pas la peine d'insister.

      Supprimer
  4. Chronique de première classe.
    Par contre, je ne m'étalerai pas sur la musique proposée. Voyage au fond d'un crâne délabré !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Journey to the depth of a ramshackle skull. Ça a de la gueule comme titre.

      Supprimer
  5. Baster, concentre-toi bordel ! La vengeance, oui bien sûr mais au moins va jusqu'au bout.
    T'as commencé motivé-cruel oui, ça c'était bon.
    Mais tout ça pour quoi ? Alors qu'une fois ligotés tu les foutais à l'eau on n'en entendait plus parler, non, faut que tu te la joues copains comme cochons sur la piste de danse, à flashmober comme sur ''Happy'', c'est çà ? Il est où le lien YouTube ?
    Bon j'me barre, je perds mon temps à lire tes conneries j'ai un disque à écouter, je sens qu'il va me plaîre.
    EWG (watch your back, je ne suis pas près de te lâcher si tu continues comme ça !)

    Ah, une question : le boson t'arrives à le voir sans lunettes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi t'as pas écouté Blurt, sinon tu saurais que c'est plus cruel que de les balancer à l'eau tout ligotés.

      Tiens, sur YT, un live à Berlin de la même année que mon dernier concert.

      Supprimer
    2. Et Berlin c'est important pour Blurt : le premier disque en '81 était un live in Berlin.

      Supprimer
    3. à 26'30 du concert, y a un bon moment de convivialité. Milton écluse comme sur la péniche.

      Supprimer
    4. Si si, j'écoutais ''The Fish...'' en te lisant, c'est ça qui m'a fait penser à cruel, pour des oreilles habituées à Pharrell (''Happy'', tout ça ...), après je me suis pas relu et comme justement j'écrivais en écoutant c'est tordu. Forcément.
      Je vais checker le concert, j'attends d'être seul à la maison.

      Supprimer
  6. Impec le texte comme d'hab... et la musique aussi... On n'est pas très loin de James Chance... ça m'aurait bien dit ce concert...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelques mois après, James Chance était au même endroit mais c'était une semaine où j'étais en vacances, je l'ai raté. C'était à peu près la date où tu l'as vu.

      Supprimer
  7. Je les ai vu au Gibus à leur tout début; une folie totale!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi c'était au West Side Club à Lyon, Blurt c'était vraiment de la folie. Je me souviens qu'un mec qu'on connaissait à peine était passé nous voir dans le studio pendant une émission de radio pour nous parler de Blurt. Quelques semaines après on les voyait.
      Sur YT il y a quelques vidéos d'époque. Milton avec 30 ans de moins bougeait beaucoup plus qu'aujourd'hui mais il a quand même gardé une certaine fraicheur.

      Supprimer
  8. Je ne connais pas cette route mais je vais mener mon enquête. Bravo pour ta participation en partie pendant ton absence, cela aurait été dommage de louper tes textes et propositions. Vraiment enchanté et surpris pour ma part de certains disques que je ne connaissais pas. En tout cas tu es bon vendeur et avec de la bonne marchandise. Je repasserais bien sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La route de nuit à bord d'une péniche amarrée, c'est très personnel comme voyage.
      A bientôt pour de nouvelles aventures.

      Supprimer
  9. Hé ! Jolie vengeance qui se finit bien. Mais tu sais, on ne me la fait pas à moi, pour me faire peur en musique il faudrait vraiment y aller. Pas sûr que quiconque en soit capable honnêtement, j'ai fait le tour d'un tas de trucs "extrêmes".

    Blurt, ça fait un moment qu'ils trônent sur ma liste de trucs à écouter, il va falloir que je me bouge les fesses sur ce coup-là. Merci pour la piqure de rappel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, bouge-toi les fesses avant que j'y balance mon pied. Tant mieux si t'as pas peur, Baster cherche un adjoint, y a parfois des enquêtes compliquées.
      Reviens me dire ce que tu penses de Blurt.

      Supprimer
  10. Joli texte, par contre je ne connais pas du tout l'artiste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux si tu ne connais pas, c'est bon les découvertes. Parfois. J'espère que ça peut te plaire.

      Supprimer
  11. Quel texte incroyable, au style flamboyant, rock'n'roll....et (allé, j'ose le mot) "gonzo". Âme de Lester Bang et Hunter S Thompson, sors de ce corps !!!
    Blurt, je l'ai découvert en lisant la bible de Philippe Robert "Post-punk, No Wave, Indus & Noise...." (2011, Le mot et le reste). Il y parle de l'album "Smoke Time" (1987).
    Et merci car la pochette (+ celle du Vol.2) m'a permis d'élargir une de mes récentes série nommée "Ampoules" !!
    A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai ce livre sur ma liste de futures lectures depuis un moment mais la liste est tellement longue - sans compter la pile de bouquins qui attendent déjà chez moi - que je n'y suis pas encore.

      Je n'avais pas vu cette série "Ampoules" chez toi sinon je t"en aurais parlé. Je suis en train de me dire que j'aurais pu détourner le thème "Ampoulé" avec ce disque.

      Supprimer