mardi 18 mars 2014

Grand Jeu 8 - Thème 5 - The Heartaches - Too Cool For School [2006]

 GRAND JEU DES BLOGUEURS MANGEURS DE DISQUES - HUITIÈME EDITION
THEME N° 5 - "LET'S GET IT ON !"
Le disque qui vous donne envie de jouer des hanches... et pas pour danser...


Abrégé de Sciences Naturelles - Classe laborieuse

L'évolution des Espèces expliquée aux plus démunis.

Tout le monde le sait, au début il y avait les dinosaures. Enfin, pour être précis, au début il n'y avait rien mais juste après il y a eu les dinosaures. Ils étaient lourds, ils étaient lents, ils étaient mous et esthétiquement, pas franchement réussis, même aux yeux de Gilbert Montagné. Pour tout dire c'était chiant à mourir et d'ailleurs on mourait jeune. Tout le monde s'emmerdait ferme. Les soirées étaient tristes, les radios n'avaient pas encore inventé le are and bee, on entendait que des mugissements lamentables et l'herbe ne leur servait qu'à se nourrir.  Et on voudrait me faire croire qu'il y a un créateur derrière tout ça ?

Heureusement, un samedi soir, le Diable inventa le rock'n'roll et tout devint plus gai. Les soirées s'animèrent, la consommation de drogue prit les bons rails et on put enfin pratiquer le sexe dans les endroits les plus appropriés, parcs publics, concerts, banquette arrière des voitures. Ou les trois réunis pour ceux qui fréquentèrent Woodstock.

Les derniers dinosaures disparurent piteusement, étouffés par leur énième triple album live et on vit alors apparaître des espèces nouvelles auxquelles les scientifiques donnèrent les noms les plus étranges : des iguanes, des T-Rex, des Troggs envahissaient les studios et les salles de concert. Les plus grands spécialistes scientifiques, musicologues, rock-criticologues, se lancèrent dans l'étude de ces animaux étranges et ne tardèrent pas à découvrir qu'à la suite d'évolutions et de mutations diverses, ces espèces avaient rapidement disparu pour laisser la place à de nouvelles.

C'est ainsi que l'on découvrit un jour les Ramones, le Clash et encore beaucoup d'autres dont la filiation directe avec les précédentes espèces ne laissait dans la communauté scientifique aucune place au doute. Même chez Descartes, c'est dire. Sex, drugs, rock'n'roll, la Sainte Trinité avait enfin éclairé l'humanité de sa lumière céleste pour les siècles des siècles.

Or, ceci se passait il y a très très longtemps, à une époque que les historiens appellent le punkernaire, et que l'on peut situer aux environs de 20 ans avant Britney Spears. Imaginez qu'en ces temps reculés, les gens ne connaissaient pas internet, n'avaient ni téléphones portables ni twitter. Même pas Facebook. Ce qui ne les empêchait pas de se retrouver régulièrement pour communier au cours de concerts, de gigs, de sets,  en partageant la bière sacrée et en s'adonnant à leur danse rituelle : le pogo.

L'histoire était en marche, et avec elle, l'évolution qui ne lachait pas l'affaire, quitte à transformer Billy Idol en marchant de soupe peroxydé. Les générations spontanées succédèrent à Generation X et c'est à la suite d'une évolution, à faire pâlir les Darwiniens les plus convaincus, qu'un beau jour, ou peut-être une nuit, près d'un lac où je m'étais endormi, naquirent The Heartaches.

Sans empiéter sur le domaine de la génétique, qui fera l'objet d'un autre cours, on peut tout de même noter que le groupe se compose de cinq membres, ce qui constitue une anomalie génétique par rapport à la portée classique de cette espèce. En effet, celle-ci se caractérise généralement par des portées de quatre, les portées de cinq présentant souvent un individu déviant qui a la fâcheuse idée de jouer du synthé. Encore plus rarement on trouve des portées de trois, une sous-classe nommée power trio, mais là n'est pas l'objet de cette étude. The Heartaches sont cinq mais chez eux pas de déformation due au chromosome du synthétiseur. Ils sont cinq, c'est tout. Mais laissons-là la génétique, qui n'est finalement que l'acte sexuel agrandi au microscope électronique à balayage, le film de cul pour mal-voyants chez qui né cécité fait loi . Et concentrons-nous sur le fondement de ces cinq individus dont les peines de cœur font mal au cul.

Philosophiquement, la filiation ne fait pas l'ombre d'un doute. Je vous laisse le soin d'analyser le document d'étude, fourni en annexe, pour vous en convaincre. Les préoccupations sont, encore et toujours, centrées autour de la reproduction et de la survie de l'espèce. Je vous rappelle au passage les mots inoubliables de ce grand scientifique qu'est Ted Nugent dans son ouvrage live : survival of the fittest. Quant au disque de The Heartaches, Charles Darwin m'en a dit le plus grand bien, lui qui faillit un jour renoncer à sa théorie après avoir écouté un disque de prog. Les dinosaures étaient, par nature, appelés à disparaitre.  Les espèces les mieux adaptées pour survivre, avaient intégré les éléments naturels indispensables à la vie : sex, drugs and rock'n'roll.













01 King Kong Party
02 Dance City
03 Kamikaze Love
04 Prisoner Of Love
05 T.C.F.S.
06 Rock N Roll UFO
07 Deliver My Heart
08 Teenage Love Affair
09 Built For Speed
10 Outta My Head
11 Teenage Hypochondriac
12 Arrows
13 Seven & Seven Is
14 Zooed Out
15 Time


Si vous cherchez un mot de passe, essayez donc downgrade.
Looking for a password ? Try downgrade.
Merci aux visiteurs qui laissent une trace de leur passage.
Till

31 commentaires:

  1. Je ne connais pas, je vais découvrir.
    L'amour pogo ? C'est un peu violent pour moi désormais mais je comprends. ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est plus rock'n'roll, garage revival que punk mais ça bouge bien. Et puis l'idée c'était plutôt l'amour après le concert que pendant. Mais chacun évolue comme il veut.

      Supprimer
  2. Heureusement que t'es là toi. Je me suis bien marrée!
    Waouh deux allusions à Darwin dans ce JSF, les grandes instances en tremblent encore...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien marrée ? Mince, j'avais écrit un truc sérieux moi. Tout est scientifiquement prouvé.

      Supprimer
  3. Je vais tenter mais juste parce que je le trouve très chou ce fond rose à pois blancs.
    Ne va pas t'imaginer que ton texte m'a intéressé je n'y ai absolument rien compris mais j'en étais sûr que t'aimais ça le prog-rock.
    Sinon le Diable il a aussi inventé la plage et le sable qui fait que aïe, ça gratte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi je savais que tu aimais les fonds roses, c'était presque trop facile de te faire venir ici.

      La plage et le sable je fréquente le moins possible, c'est mon côté misanthrope, les étalages de viandes, tout ça...Et puis dieu a inventé les surfers, les Beach Boys et Plastic Bertrand (la mer, les flots...), ça fait beaucoup avec le sable.

      Supprimer
    2. Ouais mais non, je te parle de la plage le soir quand y a plus personne, à moins que tu n'aimes avoir du public...

      Et ton Svitak, regarde le ici :
      http://www.robbrink.com/2007/03/22/truth-be-told-kristian-svitak/
      (Faut quand même qu'il fasse gaffe avec ses slogans...)

      Bon, honnêtement (il est important d'être honnête) je sais pas ce qu'il valait en tant que skateur pro mais là leur truc c'est vraiment trop cool pour l'école. J'ai comme l'impression qu'on a quelques disques en commun ...Yay !

      Supprimer
    3. Y a un genre qui me gonfle grave c'est le skate-punk, heureusement que c'est pas leur délire aux Heartaches, ils n'auraient pas la chance d'être ici. TCFS !

      Supprimer
  4. Ah bon les joueurs du Stade Français font aussi de la musique ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yes ! Et pour le calendrier ils sont à poil derrière les guitares

      Supprimer
  5. Je ne connais pas, mais ça a l'air de "bouger" davantage que la moyenne des choix ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour bouger ça bouge. J'y ai laissé ma hanche artificielle.

      Supprimer
  6. Ahahah excellent choix... je connaissais le groupe mais étrangement je ne l'ai pas beaucoup écouté celui-ci.... Ceci dit je trouve qu'il y a une importante résurgence du prog de nos jours côté Jazz... Les dinosaures n'ont peut-être pas totalement lâché l'affaire... Darwin ferait mieux de se méfier sinon sa théorie va en prendre un coup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Probablement des créationnistes qui voudraient nous faire croire à Genesis et à l'archange Gabriel.

      Supprimer
    2. Non pas... Je me souviens avoir lu, il n'y a pas longtemps un philosophe de profession dire que l'art était un éternel recommencement... Il opposait l'art et l'évolutionnisme sous prétexte qu'en art tout était continuellement repris à nouveau frais... Il me semble que c'était BHL qui avait accepté un part time job de commissaire d'expo mais impossible de me souvenir où j'ai lu ça... mmh ça doit être chez le dentiste....

      Supprimer
    3. BHL était commissaire d'une expo, à la fondation Maegh l'année dernière, sur la relation de l'art à la philosophie. L'été dernier j'étais en vacances à côté de Cannes et j'avais prévu d'aller voir l'expo mais finalement pas.

      Éternel recommencement...au premier abord ça me parait étrange comme théorie. L'art n'a cessé d'évoluer justement au cours des siècles et est intrinsèquement lié à l'évolution des sociétés. Faudrait voir de plus près ce qu'il voulait dire. Tu retournes chez le dentiste prochainement ?

      Supprimer
    4. Il fallait bien justifier le "Bric à brac de brocanteur qui étale ses découvertes" alors que "Le cheminement mental qui favorise et lustre l’association est loin d’être perceptible car un tel sens de l’impromptu est prisonnier de sa propre versatilité. (http://inferno-magazine.com/2013/07/20/les-aventures-de-la-verite-quand-bhl-joue-au-curator-a-la-fondation-maeght/) ... Bref à lire cet article... Il y avait de très belles pièces mais la magie des associations semble ne pas prendre. Ceci dit l'expo a déplacé les foules. L'idée d'associer des œuvres de différentes époques est une idée que j'aime beaucoup... J'avais beaucoup aimé l'expo Barnes à Orsay en 93... Ouch ça date.
      L'idée de BHL portait sur la vérité en art comme comme quelque chose d'intemporel... Tout n'est pas à jeté dans le prog.

      Supprimer
    5. Tiens comme j'aime bien illustrer mes propos avec un exemple... voici du Post-punk avec une forte dimension prog puisque le premier morceau dure 1 minute, le 2éme deux minutes, le troisième 3 minutes... le 8ème 8 minutes...
      Alors? alors? mutation transgénique inversée? régression primaire? résurgence accidentelle liée au réchauffement climatique? ah j'allais oublier ça s'écoute là:
      http://ashleyreaks.bandcamp.com/

      Supprimer
  7. Du garage... Après certains compositeurs classiques, un certain jazz, et le blues, voici une des formes les plus modernes de musiques "intouchables", que tout le monde se doit de vénérer. Ce n'est pas moi qui m'en plaindrais, j'adore ce "genre", mais c'est assez amusant de constater que cette musique, qui grosso modo (on ne va pas chipoter) est (a été ?) jouée approximativement par des ados boutonneux et frustrés, a été canonifiée de la sorte. Ca redonne de l'espoir en la musique, comme la déification tardive des Zombies, Left Banke, et autres. Si c'est bon, peu importe si on a galéré à l'époque, la musique peut traverser le temps.

    Forcément, un choix indiscutable, donc, d'autant plus que le texte est hilarant.
    Je veux bien le cours sur les mutations génétiques du synthétiseur, c'est pour quand ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des ados boutonneux et frustrés ? Moi qui ai toujours cru que le garage était une musique de mécanos aux mains pleine de cambouis. Bizarrement The Cars c'est pas du garage, tout ça est peu embrouillé dans ma tête.

      Supprimer
  8. Connais pas donc je m'abstiens de tout commentaire...mais je reste curieux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bah rien de révolutionnaire chez ces Heartaches, juste un bon rock'n'roll (un peu garage revival) bien énergique avec de morceaux bien troussés.

      Supprimer
  9. Après ça, on finit tous à poil dans la piscine !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je la fais chauffer, avec l'eau froide on ne sait jamais.

      Supprimer
  10. Darwin pour les nuls ? mais les dinosaures se grimpaient dessus aussi, d'ailleurs les plaques tectoniques s'en souviennent encore.
    Connais pas non plus, je te fais confiance.. dans le nom, y'a heart et taches.. donc c'est bon :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais les tâches sont blanches sur fond rose, le contraire des Legendary Pink Dots.
      Un porno pour Dino, j'ose pas imaginer quand il grimpe dessus et s'empale sur les écailles dorsales.

      Supprimer
  11. Cette pochette rose m'intrigue, pour "une musique de mécanos aux mains pleine de cambouis." Et comme je ne connais pas, je m'en vais découvrir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bin faut pas croire, les mécanos ont aussi leur sensibilité hein. Il en faut d'ailleurs pour s'occuper avec amour des cadillacs rose (ça me gêne toujours de ne pas mettre de "s" à rose mais la règle est la règle^^).

      Supprimer
  12. Enfin un qui ose le "sexe" et ne nous parle pas de sensualité!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si si y a de la sensualité si on aime le mélange sueur bière chaude.

      Supprimer