jeudi 28 novembre 2013

Grand Jeu 7 - Thème 6 - The Boys Next Door - Door, Door [1979]

 GRAND JEU DES BLOGUEURS MANGEURS DE DISQUES - SEPTIÈME EDITION
THEME N°6 - ENCORE UN PEU VERT !
Une première œuvre pas tout à fait mûre.

 Hey Nicholas, faut qu'on discute tous les deux. Ton histoire de faire de la musique avec des potes, moi je suis tout à fait pour, j'ai même envie de t'encourager. Mais il faut quand même que tu changes quelque chose. Je sais, on est en pleine vague punk, ok tu aimes les Saints. Moi aussi j'aime les Saints, c'est pas la question. Mais regarde la tronche de Chris Bailey, c'est quand même le punk préféré des belles-mères. Il est sympa, il est plein de talent mais si on l'attend pour foutre le feu, les Anglais auront fait la révolution avant les Australiens. Imagine la Queen Elisa sans sa tête. Déjà qu'avec c'est pas folichon.

Donc tes potes et toi va falloir vous sortir les tripes comme on dit dans les bonnes boucheries. Tes potes je les aime bien, vous êtes des bons ptits gars. Ce Mick Harvey tu le gardes, Tracy Pew aussi. Pour tout dire, à mon avis ces deux-là c'est de la mauvaise graine et ça c'est bien. Il en faut. Mais c'est pas assez. Tu vas aller voir un mec qui s'appelle Roland S. Howard, il joue de la guitare, il est bien allumé, il va te trouver un son bien crade. Ambiance noir et glauque. Horreur et putréfaction. Ça sera votre marque de fabrique. Trash-Punk-Blues-Déjanté. On invente le genre.

Et c'est pas tout Nick. Toi aussi tu vas me sortir tout ce que tu as dedans. Inside out. T'as une voix, une vraie, une qu'on reconnait d'emblée, faut que t'en profites. Je veux t'entendre hurler, je veux que tu fasses trembler les murs, je veux que tu fasses péter les vitres. Imagine l'orgasme synchrone de Tank Girl et Booga les soirs de pleine Lune, ça secoue tout l'Outback pendant des plombes. Ça c'est rien à côté de ce que tu vas provoquer si tu t'y mets à fond. Tu vas nous tsunamiter les cotes aussies, un raz-de-marée XXL, les surfeurs bronzés on va les retrouver en backside au milieu du désert, le leash en guirlande autour de la tête. Avec les boules autour du cou ça va être Noël avant l'heure.

Et j'ai pas fini Nicholas. Ton groupe on va lui trouver un autre nom, un truc qui accroche, que dans 30 ans on s'en souviendra encore. Stop les gamins d'à côté, trop gentils. On va trouver mieux. Beaucoup mieux. En attendant vous allez travailler votre son. Dans 15 jours je donne une fête pour mon anniversaire, vous venez jouer et vous foutez le feu. Raconte-moi des histoires de mort, des histoires poisseuses, parle-moi de sous-bois, d'humus, de cadavres en décomposition, de fêtes qui tournent mal. Crache-moi ton blues. Je veux que ce soit ça ma Birthday Party. Tiens d'ailleurs je viens de le trouver le nom de ton groupe.

Et puis voyez large. Prenez le large. Oubliez Melbourne, à vous le monde. Direction Londres. Mieux, direction Berlin. Au pied du mur l'underground est roi, soyez les rois de l'underground. Avec ton talent dans 10 ans tu es connu comme le plus grand song-writer de ta génération. Je te parie qu'en 2013 je viens encore te voir en concert. Ne passe pas à côté de cette chance. Crois-moi ton album il est bien. Mais tu peux faire mieux. Beaucoup mieux.

 Line-up :

Nick Cave - Vocals
Phill Calvert - Drums
Mick Harvey - Guitar (tracks 1-7), Piano (tracks 8-10)
Roland S. Howard - Guitar (tracks 6-10)
Tracy Pew - Bass


01. The Nightwatchman
02. Brave Exhibitions
03. Friends of my World
04. The Voice
05. Roman Roman
06. Somebody's Watching
07. After a Fashion
08. Dive Position
09. I Mistake Myself
10. Shivers

Comme je sais que nombre d'entre vous sont amateurs de reprises, j'en profite pour vous livrer un [SINGLéS], (spéciale dédi à Fracas, grand pourvoyeur de singles du passé). En face A, leur reprise de These Boots Are Made For Walking, en face B Boy Hero.



Comme je sais que nombre d'entre vous sont TRES amateurs de reprises, prochainement un ou deux bootlegs de sets joués avant l'enregistrement de l'album et composés en grande partie de reprises. Des noms ?  Allez, pour vous faire saliver, en vrac Ramones, Alice Cooper, Screamin' Jay Hawkins, Van Morrison.


Si vous cherchez un mot de passe, essayez donc downgrade.
Merci aux visiteurs qui laissent une trace de leur passage.
 Till

45 commentaires:

  1. Ho le beau choix !
    Ho le beau texte !
    Bravo.

    PS : j'aime les Saints !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey moi aussi j'aime les Saints, c'est la question. Hé hé.
      Sinon, merci et merci, je pense que ça colle bien au thème.

      Supprimer
  2. Excellent, jouissif ta chronique. .on rembobinne et on refait l'histoire, merveilleuse verdure que cette naissance là..ça a très très vite muri.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair que dès le changement de nom en Birthday Party ça a pris une envergure terrible. Et l'apport de Roland Howard n'y est pas pour rien.

      Supprimer
  3. Yeah ! Bien vu ce choix, bien que je ne connaisse pas cet album en particulier, connaissant ses auteurs, j'approuve :)
    Au passage, ce matin j'ai écouté le Residents avec Duck dans le titre, et Eskimo aussi, et il me plaît beaucoup ce groupe, merci beaucoup pour le conseil !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Duck Stab est une merveille à mon avis. The Boys Next Door n'a encore que les prémices de la folie Birthday Party, tout de suite après ça va exploser. Mais y a déjà la voix de Cave

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Héhé. Elle m'évoque une pochette d'un groupe de hard des 70's mais je n'arrive plus à retrouver.

      Supprimer
  5. Lointain souvenir...
    La pochette...
    je n'ai pas dû écouter en son temps...
    Bon, là va falloir sacrément remonter le temps mais bon je tente l'expérience.
    Et ton texte... !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, 1979 c'est pas si loin que ça. Même année que Eskimo, un an après Black and White. J'ai fait presque tout le jeu sur ces années-là.

      Supprimer
  6. Merci pour le single! Je vais écouter cette première oeuvre que je ne connais pas et bien adpatée au thème. Merci encore Till!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je disais, déjà la voix de Nick Cave, pas encore la folie de Birthday Party qui est en gestation.

      Supprimer
  7. Ça date un peu, mais ça le fait quand même. Belle énergie ! C'est aussi nourrissant qu'un bol de Banania !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ça date un peu et la prod est quasiment absente. C'est un peu brut d'enregistrement mais prometteur de lendemains terribles. Si tu ne connais pas Birthday Party, je jurerais que tu vas aimer.

      Supprimer
    2. Je viens d'écouter sur Youtube et franchement ça ne m'emballe pas des masses

      Supprimer
    3. Aïe, je pensais que ça pouvait vraiment te plaire. Une sorte de blues déglingué plongé dans un d'horreur, de noirceur et de folie...Tu as écouté quoi sur YT ?

      Supprimer
  8. Hello.
    Super-post, je connaissais vaguement l'histoire mais n'avais jamais eu l'occasion de passer à l'écoute : c'est le moment !
    (Méfie-toi quand même des surfers Nicholas, j'en connais des pas fins)
    EWG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand le p"tit Nicholas se met à hurler, les surfers mangent leur board en entier. Proverbe aborigène.

      Supprimer
    2. ‘’L’est quand même taillé comme un sifflet
      Le p'tit gars qu'j'entends nous menacer’’

      Ah c'est pas fin, mais j'avais prévenu!

      Supprimer
  9. Découverte des préliminaires pour moi .. reste à savoir si c'est plus jouissif !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les préliminaires sont indispensables pour que la suite soit plus jouissive. Ne pas mélanger l'ordre des choses.

      Supprimer
  10. Il est vrai que ce n'est pas celui que j'ai le plus écouté à la différence de Birthday Party... Je pense même que je ne l'ai écouté qu'une fois grâce à spoty... Que dire? Bien joué, belle chronique, bon choix... Dans le même esprit, aurais-tu pu choisir The 101'ers?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Çà c'est la colle. L'album des 101ers a indéniablement un côté encore vert, mais après The Clash c'est complètement autre chose, les 101ers sont restés une expérience à part pour Strum. A la rigueur ça se rapproche plus de Strummer et Mescaleros mais li y a 20 ans d'écart entre les deux. Donc je ne sais pas si j'aurais pu choisir les 101ers. D'ailleurs j'ai opté pour Nick Cave, c'est peut-être la réponse.

      Supprimer
    2. J'ai l'impression que Birthday Party c'est également autre chose... mais avec Nick, c'est souvent autre chose à chaque fois.

      Supprimer
    3. Hum, à mon avis une différence fondamentale entre les deux cas : Strummer a quitté les 101ers pour créer Clash avec un plan. Changer de style, changer de nom et utiliser le mouvement punk naissant, au point de renier pendant quelques années celui qu'il avait été jusque là. NC lui a juste continué avec la même bande qui se cherchait et qui s'est trouvée avec l'arrivée de Howard. Je ne trouve pas une énorme rupture entre TBND et Birthday Party, plutôt l'affirmation d'un style enfin révélé.

      Supprimer
  11. Choix pointu de spécialiste! J'approuve grandement!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Spécialiste, je ne sais pas. Mais lu et approuvé, j'apprécie.

      Supprimer
  12. Je ne connaissais pas le début de l'histoire...merci à toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'en prie. Comme pour la plupart des artistes, le début est fait de tâtonnements. Le virage juste après est radical et à ne pas mettre en toutes les oreilles.

      Supprimer
  13. Et toi tu tsunamites les chroniques. Well done Till, as usual.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas très visuel mais je viens de piquer un cyber-phare.

      Supprimer
  14. Nick Cave, j'accroche pas vraiment... mais je vais aller me "Suicider" dare-dare !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suicide est bien sûr le nom du label qui a édité ce single, ainsi qu'une compilation de groupes punks aussies de cette époque : Lethal Weapons - Suicide Label Oz Punk Compilation en 1977.

      Supprimer
  15. En tout cas, grand plaisir le plus souvent à lire tes textes, indépendamment de leurs sujets !

    RépondreSupprimer
  16. Good choix.
    Ta chronique, alors là je dis BRAVO !! Quel style jubilatoire et virtuose, rempli d'effets, de phrases jouissives...Un véritable orgasme littéraire.....Ce coté gonzo décalé, j'aime beaucoup...On t'imagine vraiment parler à Nick Cave !!!
    Bravo encore !!!
    A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je parle vraiment à Nick Cave ! Je lui ai dit exactement ça à l'époque. D'ailleurs on en a reparlé en juillet dernier, la dernière que je l'ai vu. On a bu quelques bières, parler du passer,évoquer la mémoire de Tracy Pew. Et chanter quelques morceaux de Birthday Party.

      Supprimer
    2. Mais quelles aventures !! Une cuite avec Nick Cave en parlant du vieux temps, ça n'arrive pas tous les jours....du moins, pour moi.
      De plus, j'ai jamais eu la chance de le voir sur scène. Il parait qu'il est terrible le bonhomme, une vrai bête de scène !!!
      A +

      Supprimer
    3. Malheureusement ça ne m'arrive pas souvent non plus. Et c'est vrai que le garçon a une présence impressionnante sur scène. Cet été ça a été un grand frisson.

      Supprimer
  17. Jamais approché cette première mouture, chouette texte et un vide-grenier qui promet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve assez émouvant de découvrir les premiers d'un artiste qu'on admire énormément. Ce thème était bien sympa pour ça.

      Supprimer
  18. Bon vraiment personne pour la faire ?, j'ai un peu honte mais je me sens obligé : "j'avais pensé au suicide", mais ça c'était avant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouch, désolé Sorgual, j'ai pas compris la blague.

      Supprimer
  19. Je ne connais pas ce disque, mais tu donnes envie... pardon d'être passé à la bourre, mais l’énergie me manque en ce moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Solut Toorsch, no souçaille, je suis moi-même extrêmement en retard sur la plupart des blogs de la bande. J'essaie de rattraper petit à petit.

      Supprimer