vendredi 11 avril 2014

Hugh Cornwell - Hooverdam [2008]





Qu'est-il arrivé à Léon Trotsky ?
Il avait un discours tranchant (1)
Qui lui a brûlé les oreilles

Qu'est-il arrivé à ce cher vieux Lenny ?
Le grand Elmyra (2), et Sancho Panza ?
Qu'est-il arrivé aux héros ?
Qu'est-il arrivé aux héros ?

Qu'est-il arrivé à tous les héros ?
Tous les Shakesperos(3) ?
Ils ont vu brûlé leur Rome.
Qu'est-il arrivé aux héros ?
Qu'est-il arrivé aux héros ?

Plus de héros du tout
Plus de héros du tout

Qu'est-il arrivé à tous les héros ?
Tous les Shakesperos ?
Ils ont vu brûlé leur Rome.
Qu'est-il arrivé aux héros ?
Qu'est-il arrivé aux héros ?

Plus de héros du tout
Plus de héros du tout

Qu'est-il arrivé aux Stranglers ?
A Jean-Jacques Burnel et à Greenfield ?
Qu'est-il arrivé aux héros ?
Qu'est-il arrivé aux héros ?

No more Stranglers anymore
No more Stranglers anymore


(1) débrouillez vous avec ça, le double sens est impossible à traduire. Pour ceux que ça intéresse, ça se passe entre "He got an ice peak" et "He got a nice speak".
(2) sauf si on me prouve le contraire, Elmyra est une féminisation du prénom de Elmyr de Hory, peintre et faussaire hongrois.
(3) faites un effort ! Le jeu de mots passe mieux en anglais.



01 Please Don't Put Me On A Slowboat To Trowbridge
02 Going To The City
03 Delightful Nightmare
04 Within Or Without You
05 Rain On The River
06 Beat Of My Heart
07 Philip K. Ridiculous
08 The Pleasure of Your Company
09 Wrong Side Of The Tracks
10 Banging On the Same Old Beat


Line up :
Hugh Cornwell : guitar and vocals
Caroline Campbell : bass guitar and vocals
Chris Bell : drums


Si vous cherchez un mot de passe, essayez donc downgrade.
Looking for a password ? Try downgrade.

Merci aux visiteurs qui laissent une trace de leur passage.

Till

21 commentaires:

  1. Son départ des Stranglers fut extrêmement cruel, Burnel ne la jamais totalement digéré. Il était soit disant parti pour divergence musicale, alors que je ne l'ai jamais entendu faire vraiment autre chose que du (sous) Stranglers. Pour moi, ça ressemble à un immense gâchis même si "10" était quasi inécoutable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec Cornwell sur les raisons de son départ du groupe. Les Stranglers n'avaient plus rien à dire, et ça durait déjà depuis quelques années (Aural Sculpture et Dreamtime sont déjà de trop à mon goût). Et dans le quart de siècle qui a suivi les Stranglers sans Cornwell n'ont fait que se parodier misérablement. J'ai tenté récemment Norfolk Coast, j'ai été obligé d'arrêter avant la fin. Au moment où ils tournent pour fêter les 40 ans du groupe, je préfère me souvenir de leurs jeunes années.

      Je pense comme toi que la carrière solo de Cornwell est ratée. Sous-Stranglers oui, manque d'inspiration flagrant. Sauf que je sauverais cet album du naufrage, je trouve qu'on a là un bon disque de rock avec un son qui n'essaie pas de coller à une espèce de mode et avec une musique qui colle mieux à sa voix. Pas un chez d’œuvre, loin de là, mais un bon disque de rock. Et au vu de ce qu'ont proposé les hommes en noir depuis 30 ans, c'est déjà pas si mal.

      Supprimer
    2. Je passais pour te dire que les stranglers sont actuellement sur arte live web mais s'ils n'ont plus rien à dire... alors je te conseillerais plutôt les Dead Hippies
      http://concert.arte.tv/fr/dead-hippies-au-festival-nouvelles-scenes

      Supprimer
    3. Merci Sb, je vais écouter ces Dead Hippies (déjà le nom du groupe, tout un programme). Les Stranglers, si le live est toujours dispo j'y jetterai peut-être une oreille. Par nostalgie.

      Supprimer
    4. Et puis puisque tu posais la question chez El Norton le dernier Eels est écoutable en streaming là :
      http://www.nytimes.com/interactive/arts/music/pressplay.html?_r=2&

      Supprimer
    5. Je n'avais pas cherché, merci pour le lien même si depuis l'album est tombé dans la boîte du Père Noël. Pas mon préféré, de loin, mais je ne l'ai écouté que deux fois pour l'instant.

      Supprimer
    6. Ça me rassure, le côté dithyrambique de certaines chroniques m'inquiétait un peu.

      Supprimer
    7. Oui je suis surpris aussi. J'ai beau retenté, je le trouve monotone. Il me manque la diversité qu'il y a d'habitude sur ses disques, qui les rend passionnants.

      Supprimer
  2. C'est bien ce que je me suis dis avant de m'empresser de le télécharger, mais je ne l'ai pas encore écouté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu reviendras me dire ce que tu en as pensé. Y a pas d'urgence, à l'occasion.

      Supprimer
  3. J'ai jamais été un GRAND fan des Stranglers même si ils ont fait des morceaux superbes comme "Peaches", "Sometimes" etc.... J'aimais bien au début mais par la suite, ça s'est un peu délité.... Retenons les meilleurs moments quand même! Cornwell? Je ne sais pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j'ai été un GRAND fan des Stranglers. Je le suis toujours de la première partie de leur carrière. Après, comme tu le dis, ça c'est délité. Chacun place le curseur où il le sent, pour moi ça s'arrête à Feline. Quant à Cornwell, rien d'indispensable, comme je le disais à Jimmy, juste un bon disque de rock. Sans génie mais agréable, surtout pour qui aime retrouver cette voix.

      Supprimer
  4. Je je ne refais pas mon "discours" sur ce groupe d'escrocs sympathiques. Escrocs comme ayant utilisé un mouvement musical comme marche-pied, mais j'aime encore beaucoup leur talent mélodique et d'arrangement, allez, même Aural Sculpture, que je trouve plus curieux que "Feline". Un peu comme pour le zèbre et ses rayures, Stranglers un groupe de rock qui fait de la pop ou bien un groupe de pop qui fait du rock?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais ton point de vue, je le comprends. Mais, les Stranglers n'ont jamais prétendu faire partie du mouvement punk, ils y ont rattachés par la presse et par les fans parce qu'ils sont contemporains et à cause de leur virulence et de leur provoc. Dès le premier album on sent bien qu'ils sont déjà en avance dans les compos, dans l'instrumentation. Et puis les claviers de Greenfield...

      Il y a eu quelques "beaux" combats de karaté entre Burnel et Paul Simonon. C'était raconté dans un bouquin, peut-être Combat Rock.

      Supprimer
    2. J'ai participé à des concerts où le décor - The Raven - et les postures - pour mon grand plaisir - acceptaient cette association. Kaserio avait pu les côtoyer ses "durs" qui vérifiaient que leurs belles caisses ne seraient pas abîmées. Mais je taquine un groupe que j'aime beaucoup musicalement et leurs postures J'en redemandais.
      En fait je devrai garder mes piques pour POLICE dont j'aime la musique mais eux ont été encore plus malin sur la manipulation du quiproquo, chose que l'on ne peut reprocher à Knopfler, au hasard.

      Supprimer
    3. Oh moi je ne reproche rien à Knopfler, je ne l'écoute pas ( à part les deux premiers Dire Strait à la rigueur). Par contre j'en ai beaucoup voulu à Police d'avoir évolué (sombré ?) dans une sorte de pop commerciale à partir de Zenyatta. Et j'ai boycotté tous les albums qui ont suivi.

      Supprimer
    4. .... Tiens tiens, pourtant de disque en disque, le glissement est subtil... Ha au fait, voir mon autre message

      Supprimer
  5. Mon autre message: Je me devais te signaler

    http://exystence.net/blog/2014/04/15/the-stranglers-here-there-the-epic-b-sides-collection-1983-1991-2014/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est encore la période Cornwell. Merci, j'y jetterai une oreille par curiosité. Parfois les faces B...

      Supprimer