vendredi 24 janvier 2014

Mark Mulcahy - Dear Mark J. Mulcahy, I Love You [2013]






Une enquête de Glen S. Baster

Juste un petit mot plié dans une enveloppe. Manifestement mon correspondant anonyme tenait à le rester. Etonnant : le type ne voulait pas me voir, pourtant, plutôt que de poster sa lettre, il l'avait glissé sous ma porte. Avec l'adresse sur l'enveloppe : Glen S. Baster, n°2 au fond de l'impasse. L'impasse j'y étais bel et bien et je risquais de ne pas en sortir de sitôt si je n'arrivais pas à donner du sens à ce message.

Bonjour.
C'est un ami qui m'envoie. Alors comme ça il paraît que t'es le meilleur en ville ?
Ca tombe bien, j'ai une mission pour toi, je te préviens c'est pas facile mais la récompense sera à la hauteur de l'enjeu. Voilà, je cherche un bon disque de Sting.
Je sais, tous tes collègues me l'ont dit, ce truc-là personne ne l'a encore jamais croisé mais si t'es vraiment le meilleur c'est le moment de le prouver. Une pleine caisse de Fanta orange pour toi en cas de réussite, ça ne se refuse pas hein ?
Je t'attendrai à l'angle de la 53eme et de la 3eme.
EWG

Un message dans une bouteille ne m'aurait pas rendu plus perplexe. Le ton familier, franchement narquois, le type me provoquait. Dans quel but ? Quelqu'un à qui une de mes enquêtes aurait causé du tort ? Une vengeance alors? Parfois dans le métier de privé il y a des dommages collatéraux, on ne peut pas faire gaffe à tout. Et puis ce rencard étraaaaaaange. La référence aux Ramones ne pouvait pas être un hasard. Bref, tout ça sentait l'arnaque à plein nez et là, même mon flair bidon ne pouvait me tromper.

Clic. Lux interior. Ma petite lumière intérieure venait de s'allumer à la lecture de la signature. Je n'arrivais  pas à toucher le truc, pourtant c'était là, tout près. Concentre-toi. Tu as déjà vu cette signature ?  Concentre-toi mieux. Qui est-ce ? D'où la connais-tu ?

Je repoussai ces réflexions à plus tard, j'avais besoin de m'oxygéner. J'avais besoin de rafraichir mes neurones. J'avais besoin d'air. RES - PI - RER. Ouvre la fenêtre mec et sens les fleurs de pêcher, les lys tigrés et les soucis. Quand j'ai refermé la fenêtre ma décision était prise. Mon client jouait la provoc. Mon client prétendait me faire trouver un bon disque de Sting. Mon client se foutait de ma gueule. Je décidai de mettre la Police dans le coup. J'avais gardé quelques bons contacts chez les cops. New-York City Cops...Toujours utile. Quelques coups de fils rapides et j'allais fouiller dans le stock de disques.

53rd & 3rd, debout dans la rue. Pile à l'heure. Je savais à quoi m'attendre. J'attendais à l'angle, mon single sous le bras. Fallout forcément. Pas besoin de vérifier, je sentais mes potes de la Police tout près. D'un bar voisin on entendait siruper une chanson parlant de Russes qui aimaient leurs enfants. Au carrefour de la 53ème et de la 3ème pas de EWG. Pas de surprise. 53rd & 3rd, tu es celui qu'ils ne chopent jamais hein ? Je savais à quoi m'attendre. Mon type ne m'avait pas cru capable de répondre à sa provoc. Il m'avait guetté au coin de la rue.  Il m'avait aperçu avec mon disque. Il avait filé. Comme une anguille.

Après quelques bières avec mes amis flics je rentrai au bureau. Pas de récompense, pas cette fois. Heureusement j'avais évité un piège grossier tendu par un escroc sans vergogne. La petite lumière intérieure continuait de s'allumer en mode Alerte. Mon sixième sens me disait que je n'étais pas au bout de mes surprises. Bingo ! En ouvrant la porte, un nouveau mot glissé dessous. Même papier, même enveloppe. Avant de l'ouvrir je décidai de me servir un verre de Lagavulin. Souvenir de Mr. X et de son disque de Dee Dee Ramone.

Calé dans ma chaise, les pieds sur le bureau. Phil Marlowe des temps modernes. Nestor Burma de la loooooose. Je déchirai délicatement l'enveloppe et j'étalai la lettre devant moi. Quelques mots tapés à la machine. Alors EWG, plus le cran d'écrire tes courriers à la main ? Si j'aimais les messages mystérieux, là j'étais gâté. Quelques mots tapés à la machine :  
Dear Mark J. Mulcahy, I love you.

La soirée promettait d'être longue. Mon Lagavulin 16 ans d'âge n'allait pas suffire.

01 I Taketh Away
02 Everybody Hustles Leo
03 She Makes the World Turn Backwards
04 Let the Fireflies Fly Away
05 He's a Magnet
06 My Rose Coloured Friend
07 Bailing out on Everything Again
08 Badly Madly
09 Poison Candy Heart
10 The Rabbit
11 Where's the Indifference Now?




Si vous cherchez un mot de passe, essayez donc downgrade.
Merci aux visiteurs qui laissent une trace de leur passage.
Till

vendredi 3 janvier 2014

[SINGLéS] - Dee Dee Ramone - I Am Seeing U.F.O's [1997]




Une enquête de Glen S. Baster

30 décembre, 19h.
Quand le type est entré j'ai tout de suite flairé la méprise. Erreur de casting. J'ai l'habitude. Sur cinq pékins qui franchissent le seuil de ma porte, quatre se sont trompés d'adresse. De peu faut dire, l'expert-comptable est au 2 bis. On n'a pas idée. Expert-comptable au fond d'une impasse que le soleil a oublié, faut pas avoir besoin de pécher le client. D'ailleurs quatre sur cinq sonnent chez lui après avoir avoir ouvert ma porte. Finalement c'est moi l'erreur de casting, j'aurais dû faire expert-comptable plutôt que détective privé.

Quand j'ai accroché la plaque, je me voyais en plein roman noir. Un verre de whisky, un flingue, des femmes fatales qui tournent autour. Romantisme débile. Cliché à deux balles. Privé, du grand comique. Un boulot à la con ouais. Chiens perdus, adultères, fugues. Le grand frisson. La seule femme fatale c'était sur un disque du Velvet. Jamais eu besoin d'un flingue, jamais eu de flingue. Reste le whisky. Du single malt quand je signe un contrat juteux. Un blend minable du 1er janvier au 31 décembre.

Quand le type est entré, j'ai tout de suite flairé la méprise. Note perso : "Ne plus me fier à mon flair, il est bidon". En bon aiguilleur du ciel je l'ai réorienté sur le 2 bis. "Si vous venez pour faire le bilan de l'année, vous vous êtes trompé de maison. Les bilans c'est la porte à côté". Mais non. Un 30 décembre pluvieux et froid, au fond de mon impasse sombre, ce type venait pour moi. Ce type ne ressemblait à rien. Ce type me ressemblait. "J'ai eu du mal à vous trouver". Normal, le détective c'est moi. Quand même, j'avais soigné l'ambiance. Impasse, pluie, obscurité. La plaque bon marché au-dessus de la vitre sale. Pendant une fraction de seconde j'ai vu Jack Nicholson. Pendant une fraction de seconde j'ai entendu Tom Waits.

Maintenant qu'il m'avait trouvé, mon apprenti-client était bien disposé à me raconter le but de sa visite. Moi j'étais bien disposé à palper un peu d'oseille. Mon cerveau a formé l'image d'une étiquette de single malt écossais. Elle a percuté un panneau "31 décembre". Mes glandes salivaires se sont mises à travailler trèèèèèès vite. J'ai sorti mon mauvais blend hooooors d'âge et servi deux verres. De but en blanc le type a expliqué qu'il était à la recherche d'un disque, un truc rare. Mes oreilles se sont ouvertes en position XXL et mes yeux ont affiché $. Clignotant doré sur fond rouge. Comme une pochette de Nick Cave.

31 décembre, 11h.
Je relisais mes notes au rythme du marteau-piqueur qui scandait les travaux au fond de mon crâne. Difficile de dire ce qui était le pire, la pauvreté de ces fameuses notes ou l'intensité de ma gueule de bois. Pour trouver un disque c'est relativement simple normalement. Mais il faut un minimum d'indices, tout le monde sait ça. Un interprète, un titre, une pochette. De quoi lancer les recherches, faire parler les indics, fouiller dans les fichiers des flics. Il faut des indices, tout le monde sait ça. Pas mon client. Tout en sirotant mon tord-boyaux Mr. X m'avouait ne presque rien savoir de ce disque. Une histoire d'OVNI and that's it. Au quatrième verre il s'est rappelé un jean et des lunettes noires. Quel progrès.

Le quatrième verre c'est celui de la gueule de bois du lendemain. Migraine. Marteau-piqueur. Relis 20 fois les maigres notes. Téléphone. Recherche internet. Migraine. Tournée des indics. Wik, Diseur, Shark, ce ptit salaud de Napster. Marteau-piqueur. Bam bam bam bam bam. Virée dans tous les rades de la ville qui proposent un juke-box. Migraine. Consultation des catalogues des maisons de disques. Migraine. Piratage des bases de données. Sacem, MPAA, DMCA, CIA, FBI, FSB. Migraine. Résultat : des toooooooonnes d'informations. Des milliiiiiiiiiiers de chansons à propos d'OVNI, des wagooooooooooons de musiciens en jean et lunettes noires. Résultat : une migraine king-size. Dernier recours : soigner ma gueule de bois. Traiter le mal par le mal. Mauvais blend et musique. S'enfermer au milieu des milliers de disques en cherchant l'illumination. Ecouter, fouiller, retourner, regarder, comparer, écarter, farfouiller, vérifier, revérifier, encore et encore, quitte à y passer la nuit. Jusqu'à l'éclaircie, la lumière, la révélation. L'Illumination au milieu des vinyles et des vapeurs de malt.

1er janvier, 15h.
Impossible de bouger de ce foutu parquet. Les clous traversent mon crâne et me maintiennent au sol. Le roulis me fout la gerbe, la bouteille vide se fout de ma gueule et me chante One bourbon, one scotch, one beer. En boucle.

2 janvier, 9h.
"Monsieur X ? J'ai retrouvé votre disque. Pas facile, mais je l'ai trouvé." Sésame. Dans l'heure qui suivit j'ai vu arriver un chèque accompagné d'un paquet. Lagavulin, 16 ans, Monsieur X sait vivre. Je ne suis pas amateur de bilans, je préfère voir ce que cette nouvelle année propose. Je me sers le premier verre, je monte le son. I am seeing U.F.O's. Elle commence plutôt bien cette nouvelle année. I got a bad horoscope, mais je m'en fous, elle commence plutôt bien.


A. I Am Seeing U.F.O's [Feat. Joey Ramone]
B. Bad Horoscope [Feat. Lux Interior]

Line-up :
Dee Dee Ramone: Guitar
Barbara Ramone: Bass
Daniel Rey: Guitar
Marky Ramone: Drums
Joey Ramone: Lead Vocals (1)
Lux Interior: Lead Vocals (2)

Si vous cherchez un mot de passe, essayez donc downgrade.
Merci aux visiteurs qui laissent une trace de leur passage.
 Till