samedi 11 mai 2013

John Zorn/Pat Metheny - Tap: Book of Angels Volume 20 [2013]

 
Ca faisait des mois qu'on l'attendait, depuis que la rumeur que Pat Metheny interviendrait dans la série des Book of Angels (pour l'ultime volume disait-elle, vilaine !). Voila, c'est fait, elle est là la rencontre au sommet d'un guitariste ô combien révéré et d'un compositeur toujours avide de nouvelles expériences, d'entendre sa musique triturée, réinterprétée par d'autres mains, d'autres cerveaux.

En l'occurrence, il n'y a pas pléthore, que ce soit pour la tracklist ou le line-up (6 et 2) mais les émotions sont bien au rendez-vous et la rencontre de deux univers à priori pas exactement compatibles porte magnifiquement ses fruits. Pas qu'on n'en attendait quoique ce soit d'autre, notez, quand deux géants se croisent, ça fait forcément quelques étincelles... Et si peu de musiciens interviennent ici, c'est tout bonnement parce que Metheny bouffe toute la place faisant montre, comme il l'a souvent fait sur ses récentes livraisons, de ses qualités de producteur/arrangeur/multi-instrumentiste. De fait, il n'a recours qu'au seul Antonio Sanchez, frappeur de peau de service, pour s'inviter sur les plates bandes d'un Zorn ô combien consentant.

Musicalement, la surprise est, finalement, de ne jamais en rencontrer vraiment. Je m'explique... Si, en effet, le traitement que se voient infligées les compositions de John Zorn est unique (tout en étant multiple, j'y viens), il est totalement dans les valeurs et inclinaisons stylistiques de Metheny qui s'est, en la circonstance, totalement réapproprié les notes de son compositeur. En introduction, ça donne un Mastema au "klezmerisme" discret occulté qu'il est par la folie fusion à bruitages électroniques que commet Metheny... Et ça fonctionne du feu de Dieu (ou des Anges, c'est bienvenu pour la série !).  Suit Albim qui, plus respectueux des cannons du compositeur Zorn, est une charmante ballade nous emmenant presque jusqu'à Buenos Aires avec sa guitare acoustique, son discret bandonéon, son doux chaloupement et sa fin dramatique, parfait, et parfaitement maîtrisé, ça va sans dire ! Tharsis, piste 3, plus électrique et rapide n'est pas bien différent, comme si les deux thèmes qui le précédent se retrouvaient... Si l'empreinte Zorn y est impossible à rater, ça ne signifie pas que Metheny se soit laisser aller à la facilité, pièce à la fois rythmée et ambiante, elle bénéficie de son exceptionnelle qualité de guitariste en plus de ses capacités d'arrangeur/metteur en son, devenant "autre chose" au contact d'un imaginaire riche, "autre chose" de particulièrement prenant en son magnifique crescendo.
J'arrête là le menu non sans préciser que la seconde moitié des titres propose d'au moins aussi fortes émotions, d'au moins aussi belles révélations musicales pour une satisfaction finale évidemment acquise.

Formellement, les petits plats ont été mis dans les grands et, grande première dans la série sans doute motivée par quelques obligations contractuelles, ce Tap bénéficie d'une double sortie, chez Nonesuch (label attitré de Metheny) et chez Tzadik (la maison de qui vous savez). C'est finalement, sauf pour Tzadik peut-être, une bonne nouvelle qui, espérons-le, permettra à un compositeur toujours trop méconnu de récolter quelques suiveurs fanatiques supplémentaires dans l'opération, Zorn le mérite, Metheny le lui offre... Elle est pas belle la vie ?

Reste que cette rencontre (un sommet au sommet !) donne extrêmement envie d'en entendre plus, que John Zorn fasse plus de nouvelles rencontrent qui élargiront encore le spectre d'une série et d'un monde pourtant déjà si riche parce que, si vous ne l'aviez pas compris, ce Tap, 20ème Book of Angels, c'est de l'or en barre... Tout simplement !


- John Zorn: compositions
- Pat Metheny: production, arrangements, electric & acoustic guitars, baritone guitar, sitar guitar,
tiples, bass, piano, keyboards, marimba, bells, bandoneon, percussion, electronics, flugelhorn
- Antonio Sanchez: drums


1. Mastema 7:20
2. Albim 9:07
3. Tharsis 5:54
4. Sariel 11:09
5. Phanuel 10:55
6. Hurmiz 6:12

7 commentaires:

  1. Impossible de résister... Tap est Sublime! il ne me reste plus qu'à l'acheter (et à refaire mon classement des Anges)

    @Till
    Hugo Cassavetti exprime mieux que moi mon propre ressenti à propos du dernier Wire (http://www.telerama.fr/musiques/change-becomes-us,97028.php) auquel il met 4f.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est sublime... Sauf Hurmiz que je sens forcé. Ca n'enlève rien au reste qui donne encore un bien bel album, juste que c'est à mon avis le (petit) faux pas...

      Supprimer
    2. Rend fou à la fin d'Absinthe de Naked City me semblait également un peu forcé... Chez Zorn le dernier morceau me semble toujours une ouverture vers autre chose comme Conneries sur Rimbaud... Réécoute Hurmiz en pensant à Conneries ou rend fou... Tu verras ce n'est pas si forcé.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
  2. Et moi il ne me reste plus qu'à l'écouter.

    @Sb : oui j'ai lu l'article de Cassavetti mais pour l'instant je n'ai pas été frappé par la modernité du projet, plus par la ressemblance avec le Wire de 154. Mais ça demande des écoutes plus attentives que celles que je lui ai consacré jusqu'à présent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A l'écouter et à revenir en dire ce que tu en as pensé (voir ma réponse à Sb qui tempère un poil ma chro...).

      Wire ? Pink Flag ! ^_^

      Supprimer