lundi 4 mai 2015

The Screws - Shake Your Monkey [2001]



Ok à mon tour. Alors je te demande à toi, dans la famille Collins je voudrais Mick. Tu l'as ? Super ! Je continue alors. Encore à toi, toujours dans la famille Collins je voudrais...Mick. Non ? T'es sûr ? Ok je pioche. Aaaaaah bonne pioche, regardez, j'ai tiré Mick. C'est donc encore à moi de jouer. Alors je te demande à toi cette fois, dans la famille Collins je voudrais Phil. Non, je déconne, je voudrais Mick. Et tu l'as, c'est parfait, ça me fait une famille. Quoi ? Comment ça je ne peux pas faire une famille avec seulement Mick ? Bien sûr je peux.

Regarde, j'ai le Mick Collins des U-Boats, celui des Floor Tasters. Là le Mick des Gories, celui de Blacktop, celui de King Sound Quartet et des Dirtbombs. Et pour finir celui des Screws. Alors ? Ça fait pas une famille ça ? J'en ai même sept pour le prix de six et sans tricher. Une belle brochette ouais. La Detroit family. Ça te parle Detroit ? Tu sais la grande ville pas loin de Ann Harbor...

Mick Collins donc. Regarde, je les aligne sur la table, ça a de la gueule tout ça non ? Regarde-moi cette collection de groupes. Ça blues, ça rock, ça garage. Ça soul même, faudrait pas oublier que c'est Detroit, Motown et compagnie. Non, non, ça S.O.U.L, fais pas celui qui comprend pas hein. Bref ça secoue. Shake the monkey, comme Peter Gabriel. Non je déconne. Mais vas-y, te gêne pas, Shake it, Baby. Je te vois, Ramona aussi et elle approuve.

Bah voilà, quand on nait noir à Detroit et qu'on aime la musique des blancs ça donne ce furieux mélange. Cocktail explosif, sans sucre, sans paille. Du brut. Si t'attendais le petit parasol sur le verre tu t'es trompé d'adresse. Mais attention, c'est fait avec un goût exquis. Du brut mais du beau.

Tu peux en reprendre un, n'hésite pas, c'est fait exprès c'est 100% reprises. Mick Collins est un dangereux amoureux de rock-blues-soul. Punk blues ? Ouais si tu veux, ça marche aussi. "If you can't dance or fuck to it, then it ain't rock n' roll." C'est pas moi qui le dit c'est Collins himself. Dangereux ce mec je te dis. Mériterait une attention particulière de la NSACIAFBI pour surveiller ses actions subversives.

Du coup tu as mis Baster sur l'affaire pour enquêter ? Ouais je l'ai mis. Tout ce que ce minable a réussi à trouver c'est que la pochette était un clin d’œil à "Miami" du Gun Club. Tu parles d'un tocard ce privé.



01. Story 16 (The Outsiders)
02. Keep On Lovin' Me (Ike Turner)
03. In Case You Need Love (Smokey Robinson)
04. Flip Your Face (James Chance And Contortions)
05. The Storm (Rolling Stones)
06. I See You, Baby (Groove Armada)
07. Ramona Say Yes (Chuck Berry)
08. Betcha Can't Kiss Me (Ike & Tina Turner)
09. Shake It, Baby (John Lee Hooker)
10. Strange Things (arr. by Hendrix) (traditional)
11. If Loving Is Believing (Billy Emerson)
12. I'm Yours And I'm Hers (Johnny Winter)
13. Monkey Doin' Woman (Shy Guy Douglas)
14. I Ain't In The Mood (Donna Hightower)




 LINE-UP :


Si vous cherchez un mot de passe, essayez donc downgrade.
Looking for a password ? Try downgrade.

Merci aux visiteurs qui laissent une trace de leur passage.

Till