mardi 8 avril 2014

[Retour de concert] Batlik au Marché Gare - 03 avril 2014



J'ai une confidence à vous faire. Ça fait belle lurette que les comiques français ne me font plus rire. Mais plus rire du tout. J'exagère. A peine. A vrai dire je n'ai pas besoin de la main entière pour compter sur mes doigts ceux que je trouve vraiment drôles. Non, finalement je ris plus avec des artistes qui ne sont pas là pour faire rire. Ne vous méprenez pas, il ne s'agit pas de se moquer, il m'arrive de sortir en laissant le cynisme à la maison. Mais sur scène, un type qui ne se prend pas au sérieux, tout en jouant sérieusement sa musique, peut être bien plus marrant que les pseudo-comiques qu'on essaie de nous fourguer à longueur d'année(s).

Parce qu'il est comme ça le père Batlik. La musique, les paroles c'est du sérieux. Ça on le savait déjà, pour peu qu'on ait eu le bon goût d'écouter ses disques. C'est bien écrit, c'est personnel, ça sonne bien. Même si parfois la voix dérape un peu. Ou parce qu'elle dérape un peu justement. Bref, j'en ai déjà parlé, Batlik est un artiste et un artisan. Ce n'est pas un hasard si les deux mots ont la même racine.

Mais ce que ses disques ne rendent pas c'est sa simplicité et ses rapports tranquilles avec le public. Pour un peu, on le sentirait presque gêné d'être debout sur la scène, juste un peu au-dessus des spectateurs. Faut dire qu'au Marché Gare, la scène est assez basse, ça lui évite de nous prendre de haut. En même temps, le garçon est à l'aise, presque comme chez lui. Son chien est là qui se balade dans le public. Batlik discute avec les spectateurs. Batlik discute avec ses musiciens. Les musiciens discutent avec les spectateurs. Parfois même les spectateurs discutent entre eux, surtout les trois derrière moi, et ça c'est plus chiant.

Du coup l'ambiance est franchement détendue. Ça parle presque autant que ça chante et on sent bien qu'on a affaire à un mec qui ne se prend pas au sérieux. Un mec qui pratique l'humour et l'auto-dérision avec bonheur. Parce qu'on rit de bon cœur pendant un concert de Batlik. Au passage, Gaspard, ta blague elle était pas si pourrie, tout le monde s'est bien marré. Nous y voilà. Ça a été long pour en arriver là. La blague, je ne vous la raconterai pas. C'est impossible par écrit. Mais allez voir Batlik en concert il vous la racontera sûrement.

Si vous avez encore un brin d'attention, on peut aussi parler musique. Évidemment le set fait la part belle aux chansons du nouvel album Mauvais Sentiments, sans négliger pour autant les précédents. Le virage un peu plus rock des deux derniers disques se confirme sur scène. Ça n'est pas pour me déplaire. La guitare se fait un peu plus agressive, la batterie plus lourde. Surtout quand elle est jouée avec des marteaux. Batlik martèle plus fort ses cordes. Il ose parfois une guitare électrique.

Et puis. Et puis, il y a la contrebasse de James Sindatry. Ah le plaisir de se prendre de bonnes vibrations graves. Des sensations physiques ! Au sens propre. Celles qu'on ressent dans les muscles, dans les os, dans les tripes. Celles qui font que, décidément, le disque et le concert sont bien deux univers différents. Le concert c'est aussi l'histoire d'amour entre James Sindatry et sa contrebasse. Il faut le voir l'étreindre, l'enlacer, gratter amoureusement ses cordes pour comprendre ce qui peut unir un musicien et son instrument.

Il faut aussi voir et entendre la complicité évidente entre les musiciens pour comprendre ce qui fait la réussite d'une formation.  Reconnaitre le rire d'une spectatrice qu'on a déjà entendu lors du précédent concert lyonnais. Déballer les trucs et astuces qui peuvent sauver un chanteur qui oublie ses paroles. Je vous ai dit que Batlik avait de l'humour ? Ses musiciens aussi. Qui se ressemble s'assemble parait-il. Ceux-là doivent se ressembler beaucoup pour s'assembler aussi bien. Guitare, contrebasse, batterie. Le trio leur va si bien.


C'était le 3 avril 2014, j'y étais.



Merci aux visiteurs qui laissent une trace de leur passage.

Till

16 commentaires:

  1. Joli compte rendu qui donne envie d'écouter Batlik. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux s'il donne envie d'écouter. Mais ce qui me donne le plus envie de l'écouter c'est de l'écouter justement.

      Supprimer
  2. Je n'ai pas encore eu l'occasion de découvrir Batlik mais tu donnes envie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors découvre vite, on en reparle après.

      Supprimer
  3. Till, c'est sympa de faire un peu profiter agréablement ceux qui ont moins de chance, j'espère que sa tournée va s'allonger jusqu'à chez nous. Je vois aussi qu'il a meilleur moral sur scène que dans son dernier album, je craignais qu'il se lasse, mais il a raison de se nourrir au contact de son public, peut-être petit mais fidèle et fervent.
    Prochaine fois, tu emmènes Glen S. Baster ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que sa tournée dure assez longtemps (septembre ?). Il va bien passer un de ces quatre vers chez toi (une date prévue bientôt à Chateau-Renard, mais pas de bol c'est le Chateau-Renard qui est dans le Loiret :-/

      Je n'emmène pas toujours Baster avec moi, il a des tendances à être de mauvaise compagnie. C'est un misanthrope cynique. Mais il n'est jamais très loin de toute façon.

      Supprimer
  4. Manqué de peu. Dommage. En revanche, vu que cela fait quelques semaines que je consulte ce blog et que je suis sur Lyon en recherche de "partenaires de concerts" (ça se dit ?), ça pourrait valoir le coup que l'on se croise en soirée un de ces 4 ... Non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Matthieu (tiens un Matthieu avec deux T à Lyon, j'en connais un)

      Ouep dommage pour Batlik, mais il tourne régulièrement. Il est passé par ici, il repassera par là. Quant aux concerts, oui pourquoi pas. Je n'ai pas le temps d'en voir beaucoup mais de temps en temps c'est essentiel. Il est pas impossible que j'aille voir The Strypes fin avril au Marché Gare, peut-être The Ex qui repassent fin mai.
      Il y a quelques groupes qui m'intéressent pendant les Nuits Sonores mais je ne serai pas à Lyon à ce moment-là.

      Supprimer
    2. Arf, dommage pour les STrypes, je ne serai pas là. Pareil pour The Ex (mais je ne connaissais pas. Voila un truc à découvrir :)

      Supprimer
    3. Je ne suis pas encore sûr d'aller voir les Strypes. The Ex je les ai vus au mois de décembre au Club Transbo. J'avais un petit compte-rendu .
      Et si tu veux découvrir j'avais aussi posté un album ici.

      Mais ça se trouve facilement sur Grooveshark ou ailleurs.

      Supprimer
  5. Ah je me souviens que t'avais causé de cet artiste l'été dernier! J'avais écouté et ça m'avait bien plu!
    Je regarde pour une date de concert près de chez moi... Ah bon pas pas pour cette fois...
    Pourtant ça me plairait bien de me marrer avec des musiciens, vu que les humoristes ont oublié comment faire leur métier.
    Wait & see?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leur métier. Ça doit être ça le problème des humoristes, ils peuvent pas être drôles, ils bossent.

      Pour Batlik, il faut surveiller régulièrement, toutes les dates de la tournée ne sont pas encore annoncées.

      Supprimer
    2. Oui, leur métier, même si les pub pour les banques ou les films sans humour faussent le jugement...
      Ok, je surveillerai!

      Supprimer
    3. Oui surveille ça vaut le coup.

      Supprimer
  6. Dans ton texte, tu avais utilisé le bon mot de "comique", l'humour, c'est beaucoup plus fin et ils sont nombreux à en être incapables.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, l'humour c'est pas un métier, ça ne se décrète pas.

      Supprimer