mercredi 12 mars 2014

Grand Jeu 8 - Thème 2 - Einstürzende Neubauten - Zeichnungen Des Patienten O.T. [1983]

GRAND JEU DES BLOGUEURS MANGEURS DE DISQUES - HUITIÈME EDITION
THEME N°2 - "THERE'S TOO MUCH, TOO MUCH, TOO MUCH."
Un disque beaucoup trop compliqué, indigeste, ampoulé; il y a un peu trop de tout partout, mais... c'est pour cela que vous l'aimez...




Une enquête de Glen S. Baster

Non mais ils me prennent pour qui ces deux-là ? Les mecs imaginent se pointer chez moi comme ça et essayer de me manipuler sans que je m'en rende compte ? C'est pas les premiers illuminés qui débarquent dans mon bureau, des collectionneurs en quête d'OVNI (1), des chercheurs de chansons impossibles (2), tout les branques, soi-disant amateurs de musique, ont une fâcheuse tendance à se retrouver au numéro 2 au fond de l'impasse. Dead End Street. Ça doit être ça qui les attire ici comme des mods à un concert d'Uncle Ray.

Bref, mes deux lascars pensaient peut-être me la faire à l'envers, mais le vieux Baster en a vu d'autres. Et des plus coriaces. Je me remettais à peine de ma énième cuite de la semaine quand ils ont débarqué dans le bureau. Tout beaux, tout propres, bien coiffés. Et polis avec ça. Trop polis pour être honnêtes. Remarquez, la politesse au moins ça me changeait de l'affreux EWG (3) qui n'avait pas eu celle de se présenter en personne.

Au premier regard j'ai senti le malaise. L'embrouille. Bon commerçant, je leur sers quand même un verre avant qu'ils déballent leur boniment. En sirotant mon mauvais blend habituel je les ai écoutés débiter une loooooongue histoire tordue à propos d'un jeu, à propos d'un thème, à propos d'un disque à trouver. Pas net leur truc.

"Voilà Glen, on organise un jeu sur notre blog. On donne un thème et d'autres blogueurs doivent proposer un disque qui correspond au thème. On voudrait que tu nous aides sur un thème un peu compliqué." Merde, depuis quand on se tutoie les ptits gars ? On n'a pas gardé les punks ensemble. L'air de rien j'ai joué le mec intéressé. Le privé toujours sur le coup. Le mec cooooool. D'habitude quand on me propose une affaire, des engrenages s'activent au fond de mon cerveau. Ça sonne comme un tiroir-caisse et ça me joue Money en Dolby Surround. Là, que dalle. Ça sentait l’œuvre caritative à plein nez. Le Band Aid. Bon sang les mecs, y a pas écrit Bob Geldof sur ma plaque !

"Un disque beaucoup trop compliqué, indigeste, ampoulé; il y a un peu trop de tout partout, mais... c'est pour cela que vous l'aimez...." Voilà ce que cherche mon Boys Band. Un truc monté à la chantilly avec une crème au beurre. Un truc à gerber. Un truc à gâcher mon mauvais whisky. Un truc que je n'avais sûrement pas en rayon. "Attends Glen, c'est pas tout. On sait qu'il y a des mecs sans scrupule qui détournent les thèmes du jeu. On aimerait bien que tu mènes une enquête discrète là-dessus." Je ne me suis pas démonté, j'ai continué à jouer le mec attentif pendant que ma petite voix intérieure me chantait No one is innocent.

"Ok youngsters, je vais voir ce que je peux faire pour vous. Revenez me voir le 12 mars, j'aurai réglé votre affaire." Tu parles. Ça me laissait quelques jours pour voir venir. Ça me laissait quelques jours pour trouver la parade. Ça me laissait quelques jours pour me sortir de ce pétrin. Je me suis retrouvé seul avec mon blend. Seul avec cette affaire. Seul avec mon problème. Du coup je me sentais moins seul.

Dans ces cas-là j'ai une méthode quasi-infaillible. Je m'enferme dans ma pièce pleine de disques et je cherche, je fouille, j'écoute, jusqu'à ce que. Normalement ça marche. Mais allez trouver un disque indigeste dans une collection de si bon goût. Ceci dit, Baster ne recule jamais devant la difficulté. J'ai élargi mon champ d'investigations. J'ai mis des gants pour fouiller des discothèques douteuses. J'ai mis un masque respiratoire pour renifler des galettes de prog. J'ai eu le vertige, j'ai eu la nausée. J'ai même cru trouver. Yes ! Relayer précisément. Un truc ampoulé ? Yes ! Compliqué ? Yes ! Indigeste ? Yes yes yes ! Un lointain souvenir. A peine sorti du stade anal, j'avais acheté ce truc pas net. "c'est pour cela que vous l'aimez....". Ma petite voix me torturait. Non décidément, je ne pouvais pas.

Alors j'ai recommencé. J'ai fouillé, j'ai bu, j'ai gerbé. César de la loose. Comme souvent j'ai cherché l'inspiration dans la migraine. J'ai cherché looooongtemps. J'ai maudit mes voisins qui cognaient leurs radiateurs. J'ai ouvert les fenêtres, les travaux dans la rue ont envahi mon bureau. Le marteau-piqueur donnait le rythme, parfaitement synchrone avec ma migraine. Des vapeurs d'alcool a surgit l'idée. Siehst du Hyänen auf der Straße ? Siehst Du Kadaver Tanzen ?

En fait je n'ai rien vu mais j'ai tout vu. J'ai mis en marche le robot de la cuisine. J'ai allumé la télé et branché l'aspirateur. J'ai remonté de la cave la scie circulaire et le perforateur. J'ai fait sonner les réveils et les horloges. A clockwork symphony. J'ai fait hurler mes voisins. J'ai fait klaxonner les voitures sous mes fenêtres. J'ai respiré les hydrocarbures, les fumées d'usines, les vapeurs toxiques. J'ai mélangé tout ça, malaxé, pétrit. Et j'ai trouvé.

12 mars 2014. Alors youngsters, on y va ? Vous êtes prêts ? Je vous en foutrais moi de l'ampoulé, du compliqué, de l'indigeste.


(1) : voir les aventures précédentes de Glen S. Baster
(2) : il faut vous le dire comment ?
(3) : même plus envie de vous expliquer

01 Vanadium-I-Ching
02 Hospitalstische Kinder / Engel Der Vernichtung
03 Abfackeln!
04 Neun Arme
05 Herde
06 Merle (Die Elektrik)
07 Zeichnungen Des Patienten O.T.
08 Finger Und Zahne
09 Falschgeld
10 Styropor
11 Armenia
12 Die Genaue Zeit
13 Wasserturm
14 Der Herrscher Und Der Sieger
15 Affenroulette

Some Bizzare Label 1983.

Line-up :

Blixa Bargeld – lead vocals, guitars, misc.
Mark Chung – bass, backing vocals, misc.
N.U. Unruh – percussion, backing vocals, misc.
F.M. Einheit – percussion, backing vocals, misc.
Alexander Hacke – tapes, percussion, "thirsty animal", misc.
Jon Caffery – engineer
Beate Bartel – bass on "Falschgeld"


A tous les camarades participants : j'ai programmé la parution des articles mais je suis absent pendant la majeure partie du Jeu. Je ne peux donc pas lire vos posts, laisser les commentaires qui vont bien, ni écouter vos choix qui sont forcément pertinents. J'essaierai, à mon retour, de faire un tour des blogs mais aucune chance que je puisse lire les articles de façon exhaustive. Sic transit gloria mundi (j'aime bien placer cette citation).

Si vous cherchez un mot de passe, essayez donc downgrade.
Merci aux visiteurs qui laissent une trace de leur passage.
Till

34 commentaires:

  1. Réponses
    1. Welcome back Bruno. I'm glad you enjoy EN.

      Supprimer
  2. Tu mérites la Palme de la meilleure chronique de JSF. Je suis sur le cul et j'ai ri de bon coeur. Et ne fais pas ton modeste, je ne complimente jamais à moitié et encore moins à tord!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me va droit au cœur. Eusses-tu aimer le disque que ç'aurait été parfait..

      Supprimer
    2. Pas encore eu le temps d'écouter, mais j'y viendrais.

      Supprimer
    3. Mais je comprendrais très bien que tu n'accroches pas. Neubauten et l'indus en général c'est quand même très particulier.

      Supprimer
  3. Encore eux...deux fois aussi sur le m^me thème...c'est un signe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un signe. De quoi, ça reste à définir !

      Perso, je les trouve souvent indigeste les IN, bon choix donc.

      Supprimer
    2. @Albert : pas encore fait le tour des autres mais je veux bien croire aux signes.

      @Zorno ; là tu m'étonnes (un peu) mais après tout, chacun son alimentation.

      Supprimer
  4. ça alors, du Neubauten plein la journée.. ils sont totalement dans le thème ces gars là, surtout leur dénut... je retourne lire ton billet .. croustillant comme d'hab Till..je reviens ;D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais faut croire qu'ils collent bien au thème. Un peu vexé je suis du coup mais tant pis ça me passera :-D

      Supprimer
  5. Excellent ton texte comme d'bab Glen... C'est journaliste que tu devrais faire pas détective...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Glen S. Baster est une anagramme. Sauras-tu retrouver le nom caché derrière ? La solution dans le prochain numéro.

      Supprimer
    2. Je ne suis vraiment pas doué à ce jeu là... Je ne vois pas le rapport avec Artaud... T'aurais pas un indice supplémentaire?

      Supprimer
    3. Un carburateur flingué.

      Supprimer
    4. Ah oui après coup, ça parait facile.

      Supprimer
    5. C'est toujours plus facile quand on sait. Mais chut, Baster garde son secret.

      Supprimer
  6. Ici Jack Palmer, j'enquête moi même sur la disparition de Navratil, ce psychiatre qui a travaillé dans le concept de résiliance par l'art chez les psychotiques ... Vu que ces zigotos, mentalement perturbés, se sont inspirés de ces écrits pour cet album (d'ou le titre) ... je me pose quelques questions. Comme je ne suis pas contre le mauvais scotch, on pourrait peut être discuter de cela autour d'un verre (mais j'espère que la musique sera autre ..)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà qui m'intéresse Sorgual. Si j'avais bien traduit "Les dessins des patients" il m'a toujours manqué le sens de "O.T" et l'origine de l'inspiration. Je vais faire un début de recherche là-dessus.

      Supprimer
  7. Oui, dans le thème forcément, même si pas ma tasse de thé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je comprends parfaitement qu'on puisse ne pas aimer EN. Personnellement je présente une forme de déviance intellectuelle qui me fait adhérer à ce genre de trucs indigestes. Mais je me soigne régulièrement à coups de rock'n'roll bien juteux.

      Supprimer
  8. Baster tu vaux pas la corde pour te pendre. Tes étagères croulent sous les disques du Crooner Australopithèque qu'en fait des tonnes, des couches de sirop en veux-tu en voilà et tu fais semblant d'aller chercher des Teutons auxquels tout le monde a déjà pensé ? Tu devrais avoir honte. Si je ne l'avais déjà fait je pendrais par les pieds celui qui m'a dit que t'étais le meilleur dans le métier. Le meilleur ? Le moins cher c'est sûr, une Valstar et tu signes. Mais faut voir le résultat aussi (et tes nouveaux clients...). Et ce n'est pas la peine de la ramener avec ce Blixa Machin, moi j'appelle ça un Acte Manqué. Ou raté, si tu vois ce que je veux dire.
    Je signe : EWG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je prends ça comme un compliment venant d'un imposteur qui vénère des rednecks du middle-west ancrés dans des musiques du XIXème siècle et des postures néo-religieuses plus que douteuses. Mais mon honnêteté de détective intègre m'oblige à reconnaitre ta clairvoyance dans les liens ténus entre EN et le plus grand singer-songwriter de l'histoire de l'humanité.

      Supprimer
    2. Imposteur Clairvoyant, ouah la gueule que ça aura imprimé sur mes cartes de visite ... Merci Till tu as fait un heureux !!

      Supprimer
    3. Tu m'en feras passer une de carte, j'aimerais de présenter un tueur à gages que tu vas intéresser.

      Supprimer
  9. Pour le coup, j'ai presqu'envie de dire que le "Silence Is Sexy" présenté par Evgueni ISCARIAN chez Jimmy, c'est de la variétoche par rapport à celui-ci. On arrête le massacre, je vais me coucher !!!!!

    RépondreSupprimer
  10. L'indus qui couche le metalleux, si c'est pas beau, ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Côté indus, je préconise Rammstein en suppositoire !!!!!

      Supprimer
    2. Ah ah je suis venu à bout de plus d'un clampin avec Neubauten. Une arme fatale.

      Supprimer
  11. Excellente enquête, très drôle...!! Et bon choix...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, merci. Si en plus le chois te convient c'est parfait.

      Supprimer
  12. Texte absolument GENIAL. Bravo, milles bravos.

    J'aime ce que je connais de ce groupe, au bas mot "Kollaps" et quelques morceaux ici ou là, il faut que je creuse plus. Si tu voulais m'effrayer ou me décevoir, c'est tristement raté en tous les cas ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le compliment. Mais j'ai vu que tu avais lancé une kabale contre Baster un peu plus tard. J'y reviendrai.

      Supprimer